World

Visite de Nancy Pelosi à Taïwan : la Chine exprime son indignation

Alors que la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, était en visite à Taïwan du 2 août au soir au 3 août dans l’après-midi, Pékin n’a cessé de réagir. De nombreux observateurs géopolitiques estiment que Mme Pelosi a provoqué la colère de la Chine continentale, mais c’est Taïwan, et non les États-Unis, qui pourrait avoir à subir les conséquences.

Peu après que Mme Pelosi ait posé le pied sur l’île de Taïwan, une série d’agences gouvernementales chinoises et le gouvernement chinois ont condamné la visite et ont lancé des mises en garde contre son “impact sérieux” sur les relations entre les États-Unis et la Chine. L’armée chinoise a annoncé qu’elle allait immédiatement entamer des “exercices aériens et maritimes” et a présenté un plan d’affrontements militaires autour de l’île de Taïwan du 4 au 7 août.

La visite de Mme Pelosi à Taïwan, la première d’un législateur américain de premier plan depuis 25 ans et qui s’inscrit dans le cadre d’une tournée en Asie, a été qualifiée par la Chine d'”acte provocateur” de politique majeure” et de remise en cause de la souveraineté du pays.

Selon l’organe de presse, Sub-Asian Chronicle, malgré les objections de Pékin, Nancy Pelosi et la délégation de la Chambre des représentants des États-Unis ont participé à une série de réunions de haut niveau au Yuan législatif de Taïwan et au bureau de la dirigeante taïwanaise Tsai Ing-wen à Pékin, ville de Taipei. Mme Pelosi a déclaré que sa délégation était venue pour envoyer un “message clair” selon lequel “les États-Unis se tiennent aux côtés de Taïwan”…

“Nous voulons que Taïwan ait toujours la liberté et la sécurité”, a déclaré Mme Pelosi, saluant le courage du peuple taïwanais dans le maintien de la démocratie.

Le fait que Nancy Pelosi ait défié les avertissements de Pékin en se rendant à Taïwan pourrait exacerber les relations déjà difficiles entre les États-Unis et la Chine, mais les analystes estiment que la partie susceptible de subir la pression de Pékin n’est pas Washington, mais Taipei.

Visite de Nancy Pelosi à Taïwan : la Chine exprime son indignation

Related Posts