Une vingtaine d’ouvriers Bangladais portent plainte

Les ouvriers étrangers de l’ex usine Texto, qui a fermé ses portes en décembre 2017, font encore parler d’eux. Cette fois-ci, ils se plaignent des conditions de travail au sein de la compagnie où ils ont été transférés, il y a sept mois.

  • Une vingtaine d’entre eux se sont rendus au siège du ministère du Travail à Port-Louis ce mercredi matin.
  • Les employés refusent de se rendre à l’usine, située à Saint-Pierre, île Maurice.

Ils veulent être transférés. Ces Bangladais disent travailler dans des conditions déplorables. Ils se plaignent de la fourniture en eau, qui serait irrégulière et de leur dortoir qui, selon eux, serait mal entretenu. Les travailleurs étrangers déclarent qu’ils n’ont pas de contrat de travail depuis sept mois et que l’application du salaire minimum n’est pas respectée.

Le syndicaliste Fayzal Ally Beegun dit que le ministère aurait dû faire un suivi après leur redéploiement. Il indique que les employés ont porté plainte et que le  nécessaire doit être fait au plus vite.

Contacté, le directeur de la compagnie s’est abstenu de tout commentaire.

Une vingtaine d’ouvriers Bangladais portent plainte

News you can Trust.