Uncategorized

Fusillade mortelle à Bambous : l’arme du crime appartiendrait à un proche de la victime Jean Kenny Jacquette

Revirement de situation dans l’affaire de la fusillade mortelle, survenue à Bambous, le lundi 26 juillet dernier.

La police soupçonne que le fusil qui a été utilisé pour abattre Jean Kenny Jacquette ce jour-là, appartiendrait à l’un des proches de la victime elle-même.

Néanmoins, rappelons que l’arme du crime est, à ce stade, toujours introuvable.

Le vendredi 13 août dernier, Eddy Lucile, plus connu sous le sobriquet d’Eddy Boul Rouz, qui est également le beau-père de Jean Kenny Jacquette, a comparu devant la cour de Bambous sous une charge provisoire de possession illégale d’armes.

Pour rappel, le lundi 26 juillet, soit le jour du drame, Jean Kenny Jacquette, un habitant de Camp Levieux, âgé de 31 ans, avait rendu l’âme à la Clinique Bon Pasteur à Rose-Hill, après qu’il y ait été conduit car il s’était pris une balle dans le cou à Bambous.

Les enquêteurs pensent qu’un règlement de comptes, entre deux gangs rivaux, serait à l’origine du meurtre.

Cinq personnes ont été arrêtés pour l’heure. Elles sont : Vicky Ramadith, le présumé meurtrier, Clifford Marcel alias Bhai Marcel, Steeve Cundasamy alias Ti Blan, Eddy Lucile ainsi que le fils de ce dernier.

Fusillade mortelle à Bambous : l’arme du crime appartiendrait à un proche de la victime Jean Kenny Jacquette

Related Posts

1 of 680