Un sentiment de colère et de révolte à China Town

La fédération United Chinese Associations (UCA), regroupant 20 associations sino-mauriciennes de Maurice,  comprenant quelque 4 000 membres, a, lors d’une conférence de presse, ce jeudi 23 août, dénoncé une multitude de cas d’agression, dont les deux derniers qui ont fait déborder le vase.

«Suite à deux récents cas d’agression en l’espace de quelques jours, en plein cœur de China Town, sur Rachel Brasseur et Charles…, il y a un sentiment de colère et de révolte parmi nos membres. Deux cas qui s’ajoutent à la trop longue liste existante. La goutte d’eau qui fait déborder le vase», déplore le président de la UCA,  Christian Foo Kune dans la salle de Heen Foh Hall, bondée de membres et de sympathisants. «Nos membres disent enough is enough ! China Town, c’est le cœur de la cité de Port-Louis. C’est aussi le symbole de la communauté sino-mauricienne et ces cas d’agression fragilise l’intégrité de ce symbole», a-t-il ajouté.

Les principaux dirigeants de la UCA lors de leur conférence de presse, cet après-midi.

Le président de la UCA s’est insurgé que ces derniers temps, il y a un «sentiment de peur et d’insécurité» qui commence à gagner les habitués de China Town. Il a soutenu que des opérateurs économiques : la Chinese Chamber of Commerce, la New China Town Foundation, ainsi que les représentants de restaurants Lai Min, Fortune Eight,  China Deli, entre autres soutiennent la cause de la UCA.

Christian Foo Kune a également fait remarquer que la UCA compte parmi ses membres des associations notables, à l’instar du Club Hua Lien, regroupant 1 600 adhérents, la Société Heen Foh et la Société Nam Sun, ces deux dernières qui sont plus que centenaires, ainsi que la Chinese Business Chamber qui regroupe des professionnels et des hommes d’affaires.

Le président de la UCA a fait état d’un plan d’action qui a entrepris une enquête personnelle auprès des récentes victimes, avant de déposer les résultats au DCP Hoolash pour des «enquêtes plus approfondies»

«Dans les deux cas, le malfaiteur portait un casque intégral sur la tête, ce qui rendait son identification difficile. Nous avons pu établir auprès de la police que le porte de casque n’est pas autorisé une fois descendu de la moto. C’est un élément important qui est compris dans  la liste des précautions à prendre», a soutenu Christian Foo Kune.

En outre, d’une plus étroite collaboration avec les autorités policières par rapport aux cas rapportés au poste de police de Trou Fanfaron, la CUA a annoncé la mise en place d’une patrouille privée, la CUA Patrol, opérant selon le modèle d’un neighbourhood watch plus rapproché.

«Ces patrouilles en équipe de trois personnes sillonneront sur une base régulière le quartier de China Town, à la tombée de la nuit, en vue de contribuer à l’amélioration de la sécurité de l’endroit»

En sus de l’élaboration d’une liste de mesures de sécurité de base à prendre à tout instant, Christian Foo Kune a maintenu : «Nous conseillons aux commerces de China Town à installer des lumières et des caméras de surveillance en face de leurs batiments. Leur contribution est cruciale pour assurer la sécurité dans le quartier. »

 

 Un sentiment de colère et de révolte à China Town

News you can Trust.