Taslimah Kodadeen : « Transféré, Dass Appadu continuait à donner des directives »

 «Transféré, Dass Appadu continuait à donner des directives»
Taslimah Kodadeen: «En dépit de son transfert de la State House, Dass Appadu continuait toujours à donner des directives aux membres du personnel.»

L’Assistant Permanent Secretary (APS), Taslimah Kodadeen a fait des révélations sur Dass Appadu, le secrétaire de la présidence sous l’ère de l’ancienne présidente de la République Gurib-Fakim, lors de son audition devant la commission Caunhye, ce 15 novembre.

«En dépit de son transfert de la State House, Dass Appadu continuait toujours à donner des directives aux membres du personnel. Il continuait à formuler des demandes pour que des facilités de VIP Lounge soient octroyées à Alvaro Sobrinho et consorts», a révélé Taslimah Kodadeen. Au cours de son court passage au Réduit ( du 27 juin au 29 novembre 2016), L’APS en a vu de ses yeux.

Le président de la commission, Asraf Caunhye lui a confronté à certains courriers, plus particulièrement, celles en dates du 22 août et du 3 novembre 2016, faisant état de demandes de facilités de VIP Lounge en faveur d’Alvaro Sobrinho. «Oui, je confirme que j’ai signé ces documents», a concédé l’APS, Kodadeen.

Mme Chooroomonee, Office Management Executive, responsable du dossier de «goods, services & procurement» a confirmé qu’elle écrivait des lettres et des tables pour Alvaro Sobrinho, ses proches, ainsi que pour d’autres dirigeants du Planet Earth Institute (PEI).

Et le juge de l’interroger : «Alors vous signez pour le secrétaire de la présidence ! En vertu de quelle autorité vous écrivez ces correspondances ?» C’est à quoi, Taslimah Kodadeen lui a concéder : «En son absence, nous signons les lettres en son nom. Mais tel n’est pas le cas, lorsqu’il est à Maurice.» Le président de la commission lui a demandé : «Est-ce normal que vous agissez de la sorte ?» L’APS a répondu par l’affirmative.

«No records to your writtings»

Poursuivant l’interrogatoire, Asraf Caunhye lui a dit que lors de l’audition d’Ackbar Rama, il a été révélé qu’il n’y a «no records to your writtings.» C’est à quoi, Taslimah Kodadeen a exprimé son étonnement : «I don’t know why some mails are not in the file.» De ce fait, le président de la commission a demandé : «Au bout du compte, devrions-nous comprendre que tous les courriers sont expédiés sur les instructions de Dass Appadu» «Oui», a lâché Taslimah Kodadeen.

Plus loin, le président de la commission a confronté cette dernière à deux courriers électroniques en date du 3 novembre 2016, le 1er  envoyé à 18h09 et le 2e  à 18h11 de la part de Mauricio Fernandes, demandant de facilités de VIP, lesquelles lui ont été adressées personnellement avec mention de «kindly see it as a matter of priority.»

De ce fait, Taslimah Kodadeen a révélé : «He (Ndlr : Dass Appadu) had left, but he was there. He was giving instructions to offiers. Thus, until I left on 29th of November 2016. He had an office at the State House. I know Mrs Bheenick met him at the president’s office» A une autre question d’Asraf Caunhye,  l’APS a laisse entendre: «I did not know if He was there for all along the day»

Jaguar, immatriculée D 1955

Répondant à une autre question du juge Caunhye, Taslimah Kodadeen a martelé: «Je sais qu’il écrivait des discours. Il demandait à mon personnel d’écrire des discours» Aussi, elle a confirmé à la commission que «même si Dass Appadu n’avait pas un bureau propre à lui à la State House, il tournait aux alentours.» Cela avant de confirmer que Dass Appadu avait une voiture de la marque Jaguar, immatriculée D 1955 en sa possession.

Mes Hervé Duval et Yanilla Moonshiram (à l’arrière-plan), conseillers légaux d’Ameenah Gurib-Fakim sont toujours présents aux auditions, cela en dépit de l’absence de la principale concernée.

«Lorsque vous receviez des mails est-ce que vous les rapporter à Mme Bheenick ?», a demandé le juge Caunhye. «Oui, je les rapportais  à Mme Bheenick. Lorsque je soulevais la question avec elle, elle en était déjà au courant», a affirmé l’APS. S’agissant les facilités au VIP Lounge, Taslimah Kodadeen a concédé : «Nous avions compris que nous devrions continuer avec ces facilités.»

De son côté, Mme Chooroomonee, Office Management Executive, responsable du dossier de «goods, services & procurement» a confirmé qu’elle écrivait des lettres et des tables pour Alvaro Sobrinho, ses proches, ainsi que pour d’autres dirigeants du Planet Earth Institute (PEI). Elle a déclaré qu’elle recevait des instructions verbales du secrétaire de la présidence.

Aussi, Mme Chooroomonee a confié de «rencontrer au Château du Réduit ces personnes qui étaient des invités de la présidente. Elles y venaient en plusieurs occasions pour assister à des fonctions officielles.»

«Aucun file rien du tout !»  

Quant à Preety Geerdharry, Office Management Assistant, responsable du Confidential Registry a confirmé  de recevoir un e-mail en date u 20 avril 2017 de la part d’un certain James Knight. Toutefois, elle a dit ignorer qu’il y a eu plusieurs cérémonies de lancement à la State House. «Je passais mon temps à émettre des cartes et à m’occuper des arrangements logistiques en marge des fonctions», a-t-elle dit. «Aussi, je connais Mauricio Fernandes et James Knight qui avaient pour habitude de travailler au bureau de monsieur Appadu. Toutefois, j’ignorais combien de temps, ils y restaient»

Face à une question du juge Caunhye sur la lettre de démission de l’ex-présidente Gurib-Fakim du PEI et si elle en a une copie, Preety Geerdharry a semblé être perdue. C’est à quoi, Asraf Caunhye lui a lancé : «Dans quel file avez-vous classé la lettre. Si je vous dis qu’il n’y a aucun file rien du tout !»  Et à Mme Geerdharry de répondre : «Il se peut qu’elle se trouve dans le dossier de l’ex-présidente.»

Auparavant, au début de l’audition, une certaine Mme Diana secrétaire confidentielle et word processor, a soutenu qu’elle ignore, où se sont passées les pages manquantes, arrachées ou encore déchirées des deux  agendas de 2018. «Je n’avais pas utilisé les agendas. J’utilisais mon livre de short hand. Les agendas, je les ai vus, mais sans pour cela les toucher», a-t-elle maintenu.

 «Transféré, Dass Appadu continuait à donner des directives»

Journaliste comptant plus de 33 années d’expérience dans la presse écrite à Maurice. Responsable du Desk politique à Inside News. Passionné de lecture, de la musique et des réseaux sociaux.