Terre Rouge-Verdun: Rs 1,5 milliard pour tenter de sécuriser la M3

(Jeudi ) Terre Rouge-Verdun: Rs 1,5 milliard pour tenter sécuriser la M3
La route Verdun/Terre-Rouge avait été financée par l’Agence France de Développement (AFD), la Banque arabe de Développement économique en Afrique (BADEA) et l’OPEC Fund for International Development (OFID) et en partie par l’argent des contribuables

Dimanche 18 janvier 2015. Des policiers en patrouille remarquent que de premières fissures apparaissent sur les cinq couloirs de la M3, soit dans la descente menant au rond point de Montagne Longue. « Situation très grave » disait le ministre Nando Bodha le jour suivant après une visite du lieu. À ce moment-là, personne n’aurait pensé que la M3, inaugurée en décembre 2013 par le gouvernement Ramgoolam, allait engloutir durant les trois prochaines années Rs 1,5 milliard du budget de l’État pour qu’elle redevienne plus sûre. Du moins à ce stade! Cette route, qui avait pour but principal de décongestionner la M1, nous coûtera au final une petite fortune…Rs 5.5 milliards.

2018: 180 pilotis…Rs 123 millions
C’est la compagnie Sinohydro qui a décroché le contrat pour placer 180 pieux sur deux rangées de 2 mètres avec à une distance 2,5 mètres

La malédiction continue à s’abattre sur cette route. À mesure que les travaux avancent, d’autres problèmes surgissent. Durant les travaux de réparation en juillet 2017, des pluies torrentielles s’abattent sur le pays. Résultats, de nouvelles fissures sont apparues cette fois sur la route de déviation et sur les pentes de la montagne. Les experts se rendent compte à ce moment que les risques de glissements de terrain sur cette partie de la M3 soit Ripailles-Valton sont énormes. Cela même si des travaux de stabilisation ont été effectués sur les deux flans de la route entre 2015 à 2016. Pas question de prendre de risques à nouveau. La Road Development Authority veut assurer ses arrières avant l’ouverture complète du tronçon en 2019.
Toute l’équipe de la RDA, en collaboration avec des techniciens de la Water Research Unit, veut évaluer les risques d’un possible effondrement de cette partie de l’autoroute. Après que le rapport de la Water Research Unit, l’état approche Korean Geotechnical Society (KGS/KEC) pour avoir un rapport final.

Par la suite en janvier 2018, des tests plus poussés ont été effectués par le Dr Kim, un expert géotechnique assigné par KEC. Les services du professeur Jean-Pierre Magnan sont aussi sollicités. Sur recommandations du professeur Magnan, la Road Development Authority (RDA) a fait appel aux services du CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement), organisme public français spécialisé dans ce type d’ouvrages, chargé de la conception des armatures.
La dernière décision a été prise cette année et les officiers du ministère des Infrastructures publiques espèrent que ce sera enfin la bonne. On procédera à l’installation des pilotis sur le tronçon endommagé. 180 au total!
C’est la compagnie Sinohydro qui a décroché le contrat pour placer 180 pieux sur deux rangées de 2 mètres avec à une distance 2,5 mètres, dans une profondeur de 25 mètres en moyenne.
Des travaux qui nécessiteront une enveloppe de Rs 123 millions sans compter les Rs 5,3 millions à être versés à CEREMA et à KEC, qui seront les superviseurs. En espérant qu’ils ont les yeux justes.

Embankment failure-Rs 283 million, Zone D4-D7- Rs 850 million
Depuis 2015, des travaux sont en cours sur la M3

Si les travaux qui sont en cours sur la partie affaissée de la M3 ont nécessité quelques Rs 283 millions par contre les réparations sur la zone D4- D7 sur la droite de l’autoroute ont eux nécessité des investissements de Rs 850 millions. C’est la compagnie Transinvest, qui avait été choisie en mars 2017, qui fait le remplissage. Du côté de la Road Developpment Authority, on espère être dans le temps. La majeure partie des travaux de structure, y compris les travaux d’empilage et de remplissage seront achevée d’ici à la fin du mois de décembre de cette année. Les travaux restants devront alors être les différentes couches de la route. En ce qui concerne les lampadaires situés le long du tronçon entre Valton et Ripailles, ils seront restaurés.
L’ingénieur de CEREMA, Dominique Batista, qui supervise tous les travaux a dû établir un protocole sur le mode de travaux afin qu’il y ait une synergie entre Transinvest qui fait du remplissage et Sinohydro qui installe les pilotis.

Bon de savoir

Le budget estimé était de Rs 1.8 milliard par le ministère des Finances en 2012
La M3, longue de 15.7 km, construite par Colas pour Rs 4 milliards

La route Verdun/Terre-Rouge avait été financée par l’Agence France de Développement (AFD), la Banque arabe de Développement économique en Afrique (BADEA) et l’OPEC Fund for International Development (OFID) et en partie par l’argent des contribuables.
Cette route de 15.7 km a été construite par Colas avec comme consultant BCEOM/EGIS pour un coût total de Rs 4 milliards, soit 134 millions USD. Elle faisait partie d’un gros développement routier sur l’île pour décongestionner la capitale. Mais un peu comme la Ring Road en mars 2014, la M3 n’a pas résisté aux caprices de Dame Nature.
Le coût initial de ce projet était de Rs 2,6 milliards pour le tronçon Verdun–Terre-Rouge.

Des tests pour déterminer le problème

En 2015, les experts appelés en renfort ont effectué les premières analyses pour voir si les fissures risquaient de s’étendre. Ils ont étudié la largeur des fentes pour voir si elles n’évoluent pas. Les cadres de la Japan International Cooperation Agency (JICA) ont essayé de trouver une solution pour minimiser la pénétration d’eau à partir de la surface. Après avoir procédé aux examens appropriés, les experts géotechniques de la JICA et les ingénieurs de la RDA avaient décidé de fermer complètement ce tronçon, de boucher les fissures afin d’éviter de nouvelles infiltrations d’eau et de construire des drains sur le flanc de la montagne.

2015: Rs 20 millions pour déviation de 400 mètres Ripailles/Valton

Entre-temps, pour la population et ceux qui devaient absolument utiliser cette partie de la route, une déviation de 400 mètres pour le coût de Rs 20 millions avait été construite pour contourner à la partie endommagée. Une mesure importante qui avait pour but d’éviter des embouteillages monstres à Port-Louis aux heures de pointe.

Qui sont les RESPONSABLES?

Rs 1.5 milliard additionnel. C’est beaucoup d’argent. Même si on ne peut contrôler ses caprices, n’empêche que des questions ont hanté les officiers du ministère des Infrastructures publiques pendant des mois. Pourquoi n’avait-on pas tiré la sonnette d’alarme lorsque des premières fissures sont apparues en février 2013, soit pour la première fois. Les représentants de la compagnie de construction de Colas avaient informé les consultants Français EGIS et des techniciens de la Road Developpement Authority (RDA) à l’époque, mais personne n’avait à ce moment pris conscience du grave danger.
Les deux ingénieurs qui étaient en charge de la coordination avec les contacteurs Colas Maurice/Colas Madagascar et les consultants EGIS BCEOM International avaient été interdits de leurs fonctions. Ils sont soupçonnés de négligence et d’avoir délibérément caché des informations sur les fissures qui auraient été constatées depuis février 2013. À une question parlementaire du député Shakeel Mohamed le 23 octobre dernier qui voulait avoir des détails sur l’évolution de cette enquête, le ministre des Infrastructures publiques avait répondu que le consultant avait la responsabilité, mais la non-maîtrise du terrain pourrait être la cause. Le rapport final sera certainement attendu.

Terre Rouge-Verdun: Rs 1,5 milliard pour tenter de sécuriser la M3

A deux ans d’expérience dans la presse. A intégré la rédaction en 2018. Couvre principalement entourant l’actualités et le judiciaire.