Reactions mi figue mi raisin pour le SME Employment Scheme

Sunil Bholah, ministre des Entreprises et des Coopératives, a annoncé que le SME Employment Scheme préconisé dans le Budget 2018/2019 sera bientôt une réalité. 1 000 diplômés bénéficieront de placements dans diverses Petites et Moyennes Entreprises (PME). Ils percevront également un stipend de Rs 14 000 mensuellement.

Jim Seetaram, ancien ministre des Entreprises et des Coopératives, accueille favorablement toute mesure qui encouragerait les PME et qui générerait de l’emploi. Pour lui, toute initiative qui apportera une croissance positive au pays est une bonne chose.

Commentant le SME Employment Scheme, il affirme qu’il faut voir si cette mesure annoncée dans le Budget 2018/2019 pourra être correctement exécutée. Il attend voir si cela pourrait vraiment bénéficier les PME et créer de l’emploi. « Il faut voir attention que ce ne soit qu’un effet d’annonce ».

Jim Seetaram affirme que toutes les promesses faites durant les quatre dernières années en ce sens n’ont jamais été accomplies. « Zéro croissance… zéro du côté des PME », nous lance-t-il.

Il évoque une perte de confiance en ce qu’il s’agit du secteur des PME. L’ancien ministre des Coopératives affirme que non seulement il n’y a eu aucun progrès mais on a accusé plus de dettes. « Business pe ferme…ek MRA pe vinn asiz are zot ».

Il rappelle que sous l’ancien régime, il y avait un système de « mentoring », qui faisait un suivi de ceux qui avait une entreprise. Il ajoute qu’il y avait des mesures réelles. Il cite l’informatisation du secteur, entre autres. Jim Seetaram craint que seulement les « petits copains » bénéficieront des développements annoncés pour les PMEs.

L’ancien ministre commente également le National Cooperative College (NCC) qui est venu remplacer le National Institute for Cooperative Entrepreneurship (NICE). Il rappelle qu’à l’époque, c’était le NICE qui s’occupait des petites entreprises et des coopératives. « Le NICE dispensait même des formations », nous indique-t-il.

Pour lui, le NCC ne sera pas d’une grande utilité. Il souligne que le NICE avait déjà débuté le travail que le NCC doit entreprendre. « On ne fait que shifter cela sur le NCC. »

Jim Seetaram parle également de la manière dont le dossier de la Vacoas Popular Multi-Purpose Cooperative Society a été géré est « catastrophique ». Selon lui, la société coopérative a subi des coups.

 

News you can Trust.