« L’enjeu est d’atteindre un taux de reprise économique élevé », affirme Renganaden Padayachy

L'objectif pour 2022 est d'atteindre un taux de croissance économique entre 6% et 7%. « Nous devons travailler pour atteindre cet objectif et dans un délai d'un à deux mois, nous devrons voir comment la situation a évolué»: c’est en substance, la déclaration faite par le ministre des Finances, Renganaden Padayachy lors d’une rencontre à l'issue de la réunion de la troisième Commission mixte secteur public-privé, hier.

Renganaden Padayachy a indiqué que le gouvernement compte travailler avec des partenaires privés pour la reprise économique du pays. Cette année, a-t-il déclaré, l’enjeu est d’atteindre un taux de reprise économique élevé et notre objectif est d’atteindre un taux de croissance de 7,2% et d’inscrire la barre des Rs 550 milliards. « L’objectif est donc vraiment d’accélérer cette reprise afin que nous puissions atteindre nos objectifs étant donné que le pays a connu la pire crise économique due à la pandémie de COVID-19 au cours des deux dernières années», a-t-il souligné.

Le ministre Padayachy a, également, évoqué l’objectif d’accueillir un million de touristes à Maurice et de permettre à tous les secteurs d’activité de prospérer comme c’était le cas avant la pandémie. Lors de la rencontre, il a aussi été question de la mise en œuvre rapide de toutes les mesures budgétaires clés.

Il faut dire que ce Comité visait à fournir une plate-forme efficace, collaborative et interactive pour confronter les enjeux auxquels est confrontée l’économie mauricienne et exploiter de nouvelles opportunités pour favoriser le développement économique.

Une vingtaine de représentants du secteur privé et d’institutions publiques, des opérateurs économiques ainsi que des hauts fonctionnaires du ministère des Finances, de la Planification économique et du Développement et de l’EDB ont également participé à la rencontre.

Par ailleurs, le ministre des Finances a déclaré que le comité avait permis à tous les partenaires d’échanger leurs points de vues sur les défis de l’année à venir par rapport aux perspectives mondiales, notamment le conflit russo-ukrainien et le taux d’appréciation élevé du dollar. La réunion a également examiné les moyens d’améliorer les performances économiques du pays.

Exit mobile version