Opinions

Opinion – Rentrée scolaire : conjuguer les efforts pour le développement et l’épanouissement des enfants

200 000 : tel est nombre d’enfants qui ont pris le chemin de l’école ce mercredi 11 janvier en marge de la grande rentrée scolaire. Ces enfants sont répartis dans le préscolaire et les cycles primaire et secondaire.

Nombreux sont des enfants en âge de scolarisation qui n’ont pas été à la maternelle ou admis en Grade 1. Et pour cause,  la pandémie. Ainsi, ces petits entrent directement à l’école.

Fort heureusement pour ces enfants, même  étant restés à la maison pendant environ 2 ans, la majorité d’entre eux ont eu l’occasion de se familiariser avec des programmes éducatifs à travers la plateforme numérique sur les tablettes, la télévision pour apprendre l’alphabet, les mots, les couleurs, l’arithmétique, les comptines…, ainsi que des programmes récréatifs : jeux et dessins animés.

De ce fait, on peut dire que ces enfants, âgés de 5 ½ ans, 6 ans ou 7 ans, démarrent leur vie scolaire en Grade 1 avec une certaine base.

Il est un fait indéniable que les écoliers ont besoin le plus d’attention vu la fragilité de la petite enfance. Au début de cette année, nous apprenons par la voix de Vishal Baujeet, président de la Government Teacher’s Union, que les élèves de Grade 1 seront autorisés à passer en Grade 2 au deuxième trimestre de 2023.

Dans cette perspective, une évaluation, sanctionnée par un examen, permettra aux élèves de passer directement en Grade 2 au deuxième trimestre. Bien évidemment, ceux qui ne réussissent pas cette évaluation du 1er trimestre, devront poursuivre normalement la classe en grade 1.

Cette décision prise par le ministère de l’Education en vue de s’assurer qu’aucun élève ne manque les cours en fonction de son âge, est fort louable. Compte tenu de sa vision pour l’épanouissement de l’enfant mauricien et dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique, le gouvernement et de surcroît le ministère de l’Education, ne veut nullement que qui que ce soit reste en bordure de la route.

En revanche, en marge de la rentrée 2023, certaines voix se font entendre sur certains problèmes qui subsistent :  manque d’enseignants, lacunes au niveau des “Standard Programme”, état piteux de certains établissements scolaires, entre autres.

L’école étant la deuxième institution après la famille, tous les partenaires : parents, enseignants, élèves, management, syndicats, employeurs et ministère de tutelle, sont appelés à conjuguer leurs efforts pour trouver des solutions durables.  Le tout, c’est pour l’éducation, le développement et l’épanouissement des enfants.

Opinion – Rentrée scolaire : conjuguer les efforts pour le développement et l’épanouissement des enfants

Related Posts

1 of 13