Opinions

Opinion – Lutte anti-drogue : halte aux foules hostiles et fauteurs de trouble

Inconcevable, inadmissible…que très souvent lorsque l’ADSU fait une descente dans un quartier à forte densité résidentielle pour intercepter des dealers de drogue ou des caïds, une foule d’habitants s’en prend aux limiers. Il est déplorable que des résidents (hommes et femmes) montent au créneau comme des boucliers pour défendre l’indéfendable.

Les incidents survenus à l’Avenue Kington, Résidence Kennedy, mardi 3 janvier, lorsqu’une équipe de l’ADSU a été prise à partie par une foule hostile d’environ 200 personnes, alors que celle-ci voulait intercepter une voiture qui a pris la fuite, suscitent révolte et indignation.

Au lieu de se ranger du côté des enquêteurs de l’ADSU pour mettre au pas les marchands de la mort et aider les autorités à instaurer l’ordre et “nettoyer” au karcher la région, ils blessent un policier et saccagent deux véhicules.

Force est de constater que la Résidence Kennedy n’est pas une exception à la règle. Au cours de la dernière décennie, on a assisté à des incidents identiques dans d’autres régions, voire des “hot spots”, minés par le fléau de la drogue : Résidence Sainte-Clair (Goodlands), Cité Argy (Flacq), Cité Briquetterie (Abercrombie), Karo Kalyptis (Batterie-Cassée), Bois Marchand, entre autres, où des foules hostiles s’en prennent aux forces de l’ordre lors des descentes des lieux.

Le comble est que dans certains endroits, plus précisément, à proximité de l’école primaire de Nicolay, les trafiquants se sont arrangés pour saccager la caméra de surveillance de Safe City. Une telle attitude est répréhensible.

A un moment où la population, les citoyens, les forces vives, les ONG, la société civile…devraient conjuguer leurs efforts, conjointement avec le gouvernement, les pouvoirs publics et les instances décisionnelles pour mener le combat contre le trafic de drogue, il est scandaleux que certains agissent de la sorte.

Dans cette lutte inlassable contre les trafiquants de drogue, le gouvernement n’a d’autre choix que redoubler les efforts pour maintenir la pression sur les trafiquants et “dealers” de drogue. Outre mesures draconiennes, une nouvelle stratégie d’action doit être mise en œuvre pour traquer les caïds.

Une prise de conscience de la part de cette frange de la population et ceux qui persistent à protéger la mafia de la drogue s’avère plus que jamais nécessaire.

Opinion – Lutte anti-drogue : halte aux foules hostiles et fauteurs de trouble

Related Posts

1 of 14