FeaturedOpinions

Autoriser le droit de vote à 16 ans relève d’une décision difficile

Faut-il introduire le droit de vote à 16 ans ? Cette question chère à Paul Bérenger est revenue sur le tapis depuis l’assemblée des délégués du MMM à la salle des fêtes du Plaza, le 31 juillet dernier. Le leader des Mauves est revenu à la charge sur ce sujet lors du congrès de la Jeunesse militante à l’hôtel Hennessy Park, Ébène, le 27 aout. Une manière propre à lui de susciter un vrai et profond débat.

A vrai dire, parmi les politiciens, les observateurs politiques, la société civile…les avis sont mitigés.
Au fait, il est explicite que cette proposition de Paul Bérenger a des visées purement électoralistes et politique. Compte tenu du fait que le MMM est en déclin et que son discours n’a plus de mordant parmi les jeunes, Bérenger veut ratisser large parmi la génération de 16 ans. Cela d’autant plus que ceux âgés de 18 ans+ expriment un désintéressement total de la chose politique.

Ayant recueilli 40 % des suffrages lors de sa première participation électorale en 1976, raflant un pic de 48 % pendant ses moments les plus forts, le MMM a graduellement baissé à 20 % aux élections de 2019 avant d’être crédité aujourd’hui de moins de 10 % de soutien national, selon un sondage Straconsult/Week End. Il est clair que le MMM s’écroule dramatiquement.

Autoriser le droit de vote à 16 ans à Maurice relève d’une décision difficile dans la conjoncture actuelle. Cela même si certains rares pays, à l’instar de l’Autriche l’ont bien fait. La République de Maurice a ses réalités et spécificités intrinsèques.

A 16 ans, nos jeunes sont toujours au banc de l’école. En dépit du fait que le taux de réussite de nos jeunes est de 89,99 % aux examens de HSC 2020-2021, leur niveau d’écriture (anglais et français) et de réflexion laisse à désirer. Ils ne lisent pas assez et ignorent l’actualité locale et internationale. Ils passent trop de temps sur leurs ‘smartphones’ et les réseaux sociaux. Pire encore, ils écrivent en abrégé. Ils n’ont pas encore atteint la maturité.

De ce fait, comment expliquer qu’un jeune de 16 ans peut-il décider qui doivent être nos députés, ministres, législateurs ? Nos jeunes ont encore du chemin à parcourir avant d’obtenir le droit de vote à 16 ans.

Le débat sur cette question doit se poursuivre davantage, avant qu’une décision mûre et réfléchie soit arrêtée.

Autoriser le droit de vote à 16 ans relève d’une décision difficile

Related Posts

1 of 636