Connect with us

Hi, what are you looking for?

Featured

Nouvelle-Calédonie : Emmanuel Macron condamne les violences et appelle au calme

Les troubles ont éclaté en Nouvelle-Calédonie avec l’adoption d’une loi visant à modifier la Constitution pour permettre à un plus grand nombre de personnes de voter aux élections provinciales.

Une personne a été tuée par balle en Nouvelle-Calédonie, alors que des manifestations violentes et des pillages secouent le territoire français du Pacifique après l’adoption par Paris d’une réforme constitutionnelle sur le vote qui a suscité la colère des forces indépendantistes.

Depuis plusieurs semaines, la colère gronde face au projet de Paris de modifier la Constitution pour permettre à un plus grand nombre de personnes de voter aux élections provinciales de Nouvelle-Calédonie. Les détracteurs de cette mesure estiment qu’elle marginaliserait le peuple autochtone kanak, qui représente environ 40 % de la population, en permettant à un plus grand nombre d’Européens arrivés récemment de voter. La France estime que les règles doivent être modifiées pour soutenir la démocratie sur l’île. L’Assemblée nationale à Paris a adopté la mesure après un long débat peu après minuit, par 351 voix contre 153. Le président français Emmanuel Macron a ensuite exhorté les représentants de la Nouvelle-Calédonie, à « condamner sans ambiguïté toutes ces violences » et à « appeler au calme », a rapporté l’agence de presse AFP.

Une séance commune de l’Assemblée nationale et du Sénat est nécessaire pour que les nouvelles règles entrent en vigueur, car elles représentent un changement constitutionnel. Situé à 17 000 km de Paris, le territoire est un élément clé de la revendication de la France en tant que puissance du Pacifique, mais le peuple kanak s’oppose depuis longtemps à l’autorité de Paris. Les règles de vote font partie de l’accord de Nouméa de 1998. En vertu de cet accord, la France a accepté de céder au territoire davantage de pouvoir politique et de limiter le vote aux élections provinciales et législatives de Nouvelle-Calédonie aux personnes qui résidaient sur l’île à l’époque.

Quelque 40 000 citoyens français se sont installés en Nouvelle-Calédonie depuis 1998, et les changements élargissent les listes électorales aux personnes qui vivent sur le territoire depuis dix ans. L’accord de Nouméa prévoyait également une série de trois référendums sur l’indépendance, le dernier ayant eu lieu en décembre 2021, au plus fort de la pandémie de COVID-19. Les groupes indépendantistes ont boycotté le vote, qui était favorable au maintien dans le territoire de la France, et en ont rejeté le résultat. Ils ont appelé à un nouveau vote. Mercredi, le principal parti indépendantiste, le Front de libération nationale kanak et socialiste (FLNKS), a appelé au calme et condamné les violences, demandant dans un communiqué aux émeutiers de rentrer chez eux.

Written By

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You May Also Like

Buzz

Les dirigeants du nouveau Front populaire ont immédiatement poussé Macron à leur donner la première chance de former un gouvernement et de proposer un...

Featured

Un contingent des forces armées françaises se sont joints au défilé, reflétant les liens bilatéraux étroits entre l’Inde et la France. L’Inde marque une...