Editors-pickFeatured

Dr. Preeaduth Sookur : « En hiver, nous notons une baisse dans la population d’abeilles… »

L’abeille est un insecte nécessaire et d’une grande importance dans le maintien de la biodiversité. Sans elle, le monde n’aurait point de nourriture pour subvenir à sa population. À Maurice, l’apiculture est pratiquée principalement comme une activité à temps partiel par quelque 625 apiculteurs enregistrés. Si en été, la population d’abeilles est en plein essor, en hiver il y a une baisse. La rasions est qu’en hiver, il n’y a pas beaucoup de floraison, qui plus est, certaines plantes ne produisent pas autant de nectar qu’en été. Le Dr. Preeaduth Sookur du service entomologie au ministère de l’Agro-Industrie nous explique que c’est un phénomène tout à fait normal.

« En hiver, la population d’abeilles a tendance à diminuer. À Maurice, nous avons 3000 colonies reparties dans des «bee zone». Avec le froid, certaines abeilles quittent leur ruche car, en hiver certaines plantes qui sont sources de nourriture pour celles-ci ne sont pas en floraison. Ainsi, il y a moins d’abeilles en hiver, mais ce n’est pas un phénomène alarmant. C’est pour cela qu’au ministère nous conseillons aux apiculteurs d’utiliser un bee-feeder. Ce produit est similaire à un sirop sucré, à base de nectar, ainsi que de nutriments essentiels pour les abeilles », explique le Dr. Sookur.

En 2019, le ministère avait signé un accord avec le Centre international de physiologie et d’écologie des insectes (ICIPE) pour un projet de deux ans intitulé “Moyens de subsistance alternatifs pour la sécurité alimentaire et des revenus dans quatre nations insulaires de l’océan Indien, notamment l’ile Maurice, les Seychelles, les Comores, Madagascar et à Zanzibar (République-Unie de Tanzanie) pour relancer l’apiculture à Maurice.

À ce jour, 311 personnes (dont 65 femmes) ont été formées à l’apiculture en 2020 et 2021, respectivement. 60 personnes ont été formées de janvier à avril 2022. Trois zones apicoles ont été créées. Trois apiculteurs ont été autorisés à placer des colonies d’abeilles à Petit Sable, tandis que 10 apiculteurs ont placé des colonies d’abeilles à La Ferme, 10 autres apiculteurs ont placé des colonies d’abeilles à Bras d’Eau. Au total, 83 ruches ont été placées sur les trois sites. De 2016 à 2017, les services forestiers ont planté quelque 17 000 plantes mellifères à Bras d’Eau, dont l’eucalyptus, la roussaille, l’acérola, le jamblon, le lucuma, la goyave, le tamarin et le campêche.

« La bee zone pour Le Dauguet est actuellement en préparation et d’ici cette année, des apiculteurs pourront y mettre leur ruche et produire leur miel », fait ressortir le Dr. Sookur.

Afin de diminuer l’importation de miel et promouvoir la production de miel locale, plusieurs mesures ont été présentées lors du budget 2022/2023. Une subvention de Rs 500 par reine d’abeille sera accordée aux apiculteurs jusqu’à un maximum de 10 reines. Une subvention unique de Rs 150 000 par apiculteur sera également accordée pour sécuriser les zones d’apiculture. L’AMB importera de la cire d’abeille en vrac et la revendra aux apiculteurs à un prix abordable.

Dans le but de mieux protéger les ruches, le programme d’acquisition de caméras de surveillance sera étendu aux producteurs de miel et de nouvelles plantes mellifères seront introduites pour permettre la production de miel tout au long de l’année.

Dr. Preeaduth Sookur : « En hiver, nous notons une baisse dans la population d’abeilles… »

Related Posts