Opinion – Nouveaux règlements sur la Pollution sonore : halte aux récalcitrants !

La promulgation de nouveaux règlements contre la pollution sonore, à savoir les Environment Protection (Control of Noise) Regulations 2022 arrive à un moment opportun. Avalisés par le Conseil des ministres, le 12 aout dernier, ces règlements font provisions pour des mesures draconiennes à l’encontre des pollueurs, surtout les récalcitrants. Cela relève d’une louable initiative de la part du gouvernement.

En vertu des nouveaux règlements, des pouvoirs supplémentaires sont conférés à un agent autorisé ou à l’Enforcement Agency d’émettre un avis pour une amende forfaitaire de Rs 10 000 à toute personne pour avoir fait du bruit, émanant d’un bâtiment ou des locaux, y compris les nuisances sonores, provenant d’un véhicule, telles que lecture de musique forte ou bruit causé par le tuyau d’échappement ou les moteurs modifiés. Le contrevenant est désormais passible d’une amende de Rs 10 000 et d’une peine d’emprisonnement ne dépassant pas une année.

De même, ces nouveaux règlements stipulent que toute personne qui ne paie pas l’amende forfaitaire de Rs 10 000 dans le délai prescrit serait, en cas de condamnation, passible de payer une amende d’au moins trois fois le montant de l’amende forfaitaire.

En dépit de l’Environment Protection Act et des règlements existants, force est de constater que des récalcitrants règnent en maitre sur certaines plages publiques, Pereybère, Flic-en-Flac, Trou-aux-Biches, des stations balnéaires, ou encore dans des zones hautement résidentielles, morcellements et autres restaurants en début de soirée, et ce, jusqu’à fort tard dans la nuit.

Sur le front de mer de Trou-aux-Biches, à proximité du débarcadère, l’espace parking est transformé en discothèque à ciel ouvert tous les week-ends, cela au nez à la barbe des autorités concernées. Jusqu’ici, les effectifs policiers, mandés sur place, semblent être impassibles devant les agissements de ces pollueurs venus d’ailleurs.

Il est fort souhaitable que la promulgation de ces nouveaux règlements soit suivie d’un renforcement de l’effectif de la Police de l’Environnement. Dans cette mouvance, des véhicules additionnels doivent s’ajouter à la flotte de la Police de l’Environnement pour sillonner les plages publiques les plus prisées et les zones résidentielles touchées par la pollution sonore. Plus que jamais, les pollueurs doivent être débusqués, traqués et traduits en justice.

Les Environment Protection (Control of Noise) Regulations 2022 doivent être appliquées à la lettre pour assainir la situation et mieux répondre aux besoins des citoyens.

Opinion – Nouveaux règlements sur la Pollution sonore : halte aux récalcitrants !

Exit mobile version