Compensation salariale de Rs 400 : «une philosophie louable», disent les syndicalistes

Compensation salariale de Rs 400 : «une philosophie louable», disent les syndicalistes
Cette décision est bien accueillie par les syndicalistes, qui saluent par la même occasion, l’intérêt de Pravind Jugnauth dans le dialogue.

Après de longue heures de discussions et de négociations, lors de la réunion tripartite, réunissant le Premier ministre, les syndicalistes  et les représentants du secteur privé, le ton est finalement donné. La compensation salariale a été fixée à Rs 400 «across the board» par le Premier ministre à partir de janvier 2019. Cette décision est bien accueillie par les syndicalistes, qui saluent par la même occasion, l’intérêt de Pravind Jugnauth dans le dialogue. C’était au Lunch room de l’Assemblée nationale ce jeudi 6 décembre.

«Nu rekonett ki finn ena enn zeffort ki enn lechange inn fer», clame Ashok Subron, porte-parole de Rézistans ek Alternativ. Il se dit satisfait du dialogue qui a eu lieu entre le premier ministre et les partenaires. Les syndicalistes qui militent pour les droits des employés se joignent à lui pour exprimer leur satisfaits de la résultante de cette réunion tripartite. D’autant plus, après l’annonce de taux d’inflation à 3,3 %, le mois dernier par le ministre du Travail, Soodesh Callichurn.

De son côté, Radakrishna Sadien, le président de la GSEA déclare que «ce enn chiffre uniform en terme pourcentage, dan enn lelan pou reduir lecart entre salaire bann travayer ki laho ek ceux anba de lechelle, la philosophie du Premie minis est louable et nu soutenir cela. Le syndicaliste Sadien dit apprécier la décision du gouvernement d’être aller de l’avant avec le concept du salaire minimum. Toutefois, il souligne qu’il faudrait veiller à ce qu’un réajustement salarial soit effectué dans tous les secteurs. «Nou apprecie zeffort du gouvernma et nu pe atann ki lezot rekett prend en consideration».

Pour sa part, Atma Shanto, le président de la FTU, la compensation salariale est cruciale dans le rétablissement de «l’érosion ki finn ena dan le pouvoir d’achat de bann travayer ek bann pensionnes». Même s’il espérait plus, Atma Shanto dit accepter la compensation salariale de Rs 400 «sous réserves».

Quant à Rashid Imrith, président de la Fédération des Syndicats du Secteur pUblic, ilexprime sa satisfaction sur deux points. D’abord, que le premier ministre compte étudier et faire un suivi des autres revendications avancées par le corps syndical. Il se dit satisfait des échanges de dialogue qui ont eu  lieu entre le Premier ministre et les syndicalistes. Aussi, il souhaite que plus des réunions tripartites aient lieu régulièrement à l’avenir. Ensuite, le syndicaliste exprime sa joie que dorénavant les personnes âgées se verront octroyer une augmentation sur leur pension de vieillesse.

 

Licence en journalisme, spécialée dans les médias numériques, de l’Université de Maurice. Spécialité: dossiers et actualité générale.