Brexit: Nouvelle crise politique en Angleterre et May risque d’être renversée

Brexit: Nouvelle crise politique et May risque d’être renversée
Brexit fait peur! Le Parti conservateur était divisé entre partisans d’un Brexit dur et europhiles.

Le Royaume-Uni s’enfonce dans une nouvelle crise politique après la démission de cinq ministres et secrétaires d’Etat, ce jeudi 15 novembre, au lendemain de l’accord trouvé par Theresa May. La Première ministre risque gros à présent car elle risque d’être renversée par le Parlement si une motion de défiance est présentée.

Theresa May est de plus en plus isolée. Pourtant, la première ministre britannique pensait avoir obtenu mercredi 14 novembre le soutien de ses principaux ministres, après l’accord technique conclu entre Londres et l’Union européenne.

Mais en réalité le Parti conservateur était divisé entre partisans d’un Brexit dur et europhiles. Du coup, la pression était énorme pour les ministres de son gouvernement. May a  tenté de défendre son accord en milieu de journée devant le Parlement, alors que certains parlementaires appelaient à un vote de défiance.

Il y a eu d’abord la démission de Shailesh Vara, le secrétaire d’Etat pour l’Irlande du Nord, en poste depuis juillet 2018, Shailesh Vara avait soutenu l’idée d’un maintien du Royaume-Uni dans l’UE lors du référendum du 23 juin 2016. Puis le ministre britannique du Brexit, Dominic Raab, a annoncé son départ en disant qu’il ne peut en toute conscience soutenir les termes proposés pour notre accord avec l’UE. Puis, quelques minutes plus tard, c’est au tour de la ministre du travail et des retraites, Esther McVey, d’annoncer sa démission suivie par la secrétaire d’Eta,  Anne-Marie Trevelyan.

Chahutée et critiquée par des députés de tous bords, May a défendu bec et ongles le compromis, condamné d’avance par des parlementaires europhiles comme europhobes, sans arriver à éviter une demande d’un vote de défiance par les Brexiters les plus acharnés de son parti.

Une motion de défiance pourra être soumise au vote si 48 députés conservateurs en font la demande par lettre. C’est ce que tente de récolter le chef de file du groupe de députés conservateurs eurosceptiques ERG. Si les 48 députés sont réunis, un vote aura alors lieu à la Chambre des communes et Mme May serait renversée si 158 députés conservateurs, sur 315, votaient la censure.

Brexit: Nouvelle crise politique en Angleterre et May risque d’être renversée