Boîte aux lettres

[Opinion] Covid-19 : désapprendre et réapprendre

Note : Ce qui suit est une petite réflexion personnelle. Cela n’engage que moi et je la partage comme d’autres partagent déjà leurs opinions en public. Je viens ajouter mon grain de sel dans le débat autour de la nouvelle fermeture, ou pas, des écoles. Cette réflexion personnelle peut refléter exactement ce que pensent certains tout bas ou peut être différente de celle que d’autres affichent tout haut. Autant la lire avec maturité et intelligence ou tout simplement passer tranquillement votre chemin si cela irrite vos démons. Merci.

Voilà. J’ai l’impression que les Mauriciens, en général, souffrent d’un déficit d’appréciation quand il s’agit de la situation actuelle de la Covid-19. Attention, je compatis grandement à la douleur de tous ceux qui ont perdu des êtres chers à cause de ce fichu virus, et ce depuis deux ans maintenant. Cette douleur est réelle et ne s’en ira que très difficilement, voire peut-être jamais. Mais je me dis aussi que la plupart d’entre nous sommes restés sur l’idée que nous nous faisions de la Covid en 2020, voire en 2021.

Deux ans ou même quelques mois de cela (le variant Delta par exemple), le coronavirus qui régnait alors était plus mortel et plus dangereux en termes de symptômes ou d’infection. D’où les mouvements de panique bien compréhensibles et les mesures sanitaires ultra rigides, avec des renforcements au niveau des lois sur la quarantaine et la santé. Nous avons eu des périodes de confinement locales ou régionales dans le pays, puis au niveau national, avec des interdictions de voyager vers beaucoup de pays. Frontières fermées, écoles fermées, économie en panne, entre autres.

Durant ces deux ans, le virus a évolué et muté. Le variant Delta existe toujours mais semble minoritaire. Le dernier variant en date, Omicron, semble être devenu le variant dominant à l’échelle mondiale. Ce variant, quoique plus infectieux, n’en demeure pas moins être moins mortel selon les statistiques disponibles. Cela se voit dans bien des pays en ce moment, avec une levée partielle ou totale des restrictions sanitaires.

Oui, le virus est toujours là, il est toujours infectieux, on tombe malade, on doit s’isoler MAIS, en général, sauf dans des cas impliquant des personnes avec des comorbidités et / ou qui sont âgées et / ou qui ne sont pas vaccinées, ce virus ne tue plus. On en guérit. La vaccination sauve toujours des vies, surtout celles des personnes âgées non-vaccinées.

Alors, ma petite réflexion porte sur un point précis : désapprendre et réapprendre. Ou comme on dit en anglais : to unlearn and relearn. Nous devons, selon moi, désapprendre et ensuite réapprendre ce que nous savons sur la Covid-19.

Les Mauriciens semblent être restés scotchés à ce qu’ils savaient du virus en 2020 et 2021. Et continuent d’appliquer cette ” connaissance ” en 2022. Mais, la situation a évolué entre-temps. Il y a eu le renforcement des mesures sanitaires et les campagnes de vaccination. Ensuite, la dose de rappel. Avec deux ou trois doses de vaccins dans le corps, notre système immunitaire fait face autrement au virus. Nous devenons plus résistants et nous développons une certaine immunité face à la Covid. Nous observons aussi que ceux qui ne sont pas vaccinés ou qui n’ont pas encore fait leur dose de rappel sont plus vulnérables à la maladie une fois l’infection détectée.

Donc, désapprendre et réapprendre. On avait, à un moment, réclamé à corps et à cris la fermeture des écoles. Ce qui tenait la route à ce moment précis. Puis, les autorités ont rouvert les écoles en présentiel, devant les nouvelles données relatives aux infections et à la diminution de leur virulence. Et aussi parce que les enfants de 12 à 17 ans ont eu accès à la vaccination. Maintenant, on entend des voix réclamer une nouvelle fermeture des écoles. La raison : de nombreux cas d’infections affectant des élèves et des membres du personnel éducatif.

Soit. Mais, selon moi, cela ne changera pas grand chose. Car cela équivaudrait à fermer régulièrement les écoles à chaque fois qu’il y a une résurgence de cas. Et si on suit cette logique, ce ne sont pas uniquement les écoles qu’il faudrait fermer, mais le pays tout entier. À l’heure où des pays plus gravement affectés que le nôtre diminuent voire enlèvent carrément toutes les restrictions sanitaires, revenir à une fermeture des écoles ou du pays serait, je le pense, contre-productif et irraisonné. N’oublions pas aussi que tous les enfants ne sont pas égaux concernant l’accès à l’informatique et à l’Internet.

Il va falloir accepter de s’isoler avec sa famille pendant quelques jours si un ou plusieurs de nos proches est ou sont infecté(s). Bien sûr, un avis médical est vital avant, surtout pour détecter les éventuels risques et complications à cause des comorbidités. Mais, encore une fois, ce n’est plus le même variant. Celui-là est plus gérable, sans compter la généralisation de la vaccination.

Oui, les centres hospitaliers sont toujours sous pression mais si les patients suivent le protocole sanitaire et les conseils médicaux comme il faut, cela soulagerait tout le monde. Et oui, tout le monde va peut-être finir par attraper le virus mais on court de moins en moins le risque d’en mourir si on continue à observer les gestes barrières et à se faire vacciner. Combien de Mauriciens ont pu avoir été infectés et guéris sans qu’ils ne l’aient jamais su, car asymptotiques ?

Désapprenons et réapprenons. Ce virus va sûrement circuler à travers le monde pendant encore des mois. Il faut continuer à vivre avec à défaut de faire sans. Les écoles resteront fort probablement ouvertes, des enfants et des enseignants seront infectés mais ils vont retourner à l’école une fois leur isolation terminée. Comme c’est déjà le cas pour toutes les autres personnes actives qui attrapent le virus sur leur lieux de travail dans le secteur public ou privé.

D’ici là, soyons responsables. Faisons le vaccin. Y compris la vaccination des enfants de moins de 12 ans quand ce sera le cas. Maintenons les gestes barrières. Prenons nos responsabilités même si c’est très tentant de toujours tout rejeter sur le dos des autorités. Ne cédons pas à l’hystérie collective. Cessons de prêter foi au sensationnalisme, aux discours alarmistes et aux fausses rumeurs. Posons les bonnes questions et surtout éduquons nous en nous documentant sur la Covid à travers des sources sûres et confirmées.

Tous ceux qui sont en première ligne, y compris le personnel enseignant, sont déjà sous pression. Ne venons pas ajouter à leur charge. C’est mon humble opinion.

JAYEN TEEROOVENGADUM

[Opinion] Covid-19 : désapprendre et réapprendre

Related Posts

1 of 3