Suspicion de money laundering : un proche de Ramgoolam dans le viseur de la FIU

La Financial Intelligence Unit (FIU), cellule du renseignement financier et agence régulatrice responsable de la lutte contre le blanchiment d’argent (money laundering) et le financement du terrorisme dans le secteur immobilier, la bijouterie et la profession juridique, a obtenu un « Freezing order » de la Cour suprême le 1er mars pour le gel des comptes bancaires de 24 entités opérant à Maurice. La directrice de la FIU, Carine Charlette-Katinic, cherche, à travers ce gel des avoirs, à empêcher l’accès à l’argent de ces entités qui se trouvent dans des banques à Maurice. Deux de ces sociétés se trouvent être dirigées par quelqu’un qui serait proche de Navin Ramgoolam.

Ces deux entités sont PIC Network Limited et African Links Limited. Elles ont pour directeur Rohit Ramnawaz. PIC Network Limited, File no. C071819, a été incorporé le 12 juin 2007. La date d’incorporation d’African Links Limited (File no. C066032) est le 12 octobre 2006.

Rohit Ramnawaz, qui serait proche du Parti travailliste et de son leader Navin Ramgoolam, a occupé d’importantes fonctions sous l’ère travailliste. Le Conseil des ministres avait, le 12 juillet 2013, nommé Rohit Ramnawaz au poste de Chairman d’Airports of Mauritius Ltd. Ce dernier avait aussi été nommé, en 2011, président du conseil d’administration de la Mauritius Duty Free Paradise. Il était aussi membre du Board of Directors de la SBM, qu’il avait rejoint en décembre 2006.

Il nous revient que la FIU soupçonne que ces 24 entités aient des fonds issus du financement du terrorisme. Ces sociétés auraient, selon la FIU, facilité l’entrée des fonds suspects à Maurice. Enquête à suivre.

Exit mobile version