ActualitésFeatured

Services financiers : Maurice un exemple pour l’Afrique du Sud

À la suite d’un article publié en ligne dans “The Africa Report” intitulé “Mauritius has FATF ‘grey list’ lessons for South Africa”, Maurice est cité comme exemple pour l’Afrique du Sud. Cela après que le gouvernement mauricien ait remué ciel et terre pour tout faire afin que nous sortions de la liste grise du GAFI.

C’est le 21 octobre 2021 que les fruits de l’effort mis en avant furent récoltés. Ce jour propice a manqué la nation mauricienne quand la décision tant attendue du Groupe d’action financière (GAFI) de retirer Maurice de sa liste des nations faisant l’objet d’une surveillance accrue, souvent appelée “liste grise”, est devenue une réalité.

L’histoire douloureuse a commencé en 2018, lorsque le Groupe de lutte contre le blanchiment d’argent en Afrique orientale et australe et le comité représentatif du GAFI pour la région africaine ont signalé une longue liste de lacunes en matière de conformité technique pour la juridiction mauricienne dans son rapport d’évaluation mutuelle. Selon ce constat, Maurice n’aurait pas respecté les 40 recommandations du GAFI en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Les 40 recommandations constituent en réalité un ensemble complet de contre-mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux couvrant les systèmes de justice pénale et de répression, le secteur financier et sa réglementation, et la coopération internationale. De nombreuses organisations internationales les ont reconnues, approuvées ou adoptées.

Maurice a été placé sur la “liste grise” du GAFI en février 2020. Le pays a connu son premier verrouillage un mois plus tard en raison de l’épidémie de la Covid-19, et l’ensemble du pays a été fermé pendant trois mois consécutifs. En juin de la même année, l’Union européenne a placé Maurice sur sa “liste noire” en tant que pays ne respectant pas les règles de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (LBA/FT). La “doom list” était encore incomplète puisque le Royaume-Uni, qui avait quitté l’UE après le Brexit, a produit sa propre liste de pays tiers à haut risque en janvier 2021, et Maurice a été ajouté à cette liste en juillet 2021.

Le gouvernement mauricien, les diverses institutions de réglementation et les capitaines d’industrie des différents secteurs économiques ont pris conscience que notre pays n’avait pas seulement été gravement touchée par la pandémie, mais qu’il devait également relever un autre défi national majeur : rassembler tous les efforts pour atteindre le niveau requis de conformité en matière de LBC/FT face au monde entier.

La suite à suivre dans nos prochaines éditions, sur Wazaa FM et wazaa.mu.

Services financiers : Maurice un exemple pour l’Afrique du Sud

Related Posts

1 of 2,149