Actualités

Produits pharmaceutiques -contrôle et prix : des actions bientôt entreprises par le ministère du Commerce

Les choses bougent au ministère du Commerce pour palier au problème de la hausse du prix des médicaments depuis l’an dernier.

Un comité technique a d’ailleurs été mis sur pied et une réunion se tiendra ce jeudi 22 juillet, afin d’étudier les possibilités pour remédier à la situation dans l’unique but : servir les intérêts et, soulager les consommateurs.

Selon le secrétaire permanent au ministère du Commerce Jaganathan Rangan, ce comité a pour mission de revoir le mécanisme actuel de fixation des prix qui se calcule sur une marge maximale poussant ainsi les opérateurs de la chaine de distribution des médicaments à utiliser la maximale autorisée alors qu’ils pourraient aller au-dessous.

Les conclusions devraient donc permettre, d’ici un mois ou deux, un changement face à ce problème qui concernent bien des personnes dépendantes des médicaments et dont les porte-monnaie peinent à suivre la nouvelle tendance depuis plus d’une année.

Il faut savoir, à ce stade, que les prix des médicaments sont fixés par le ministère du Commerce à travers le « Maximum Fixed Mark-up. » C’est-à-dire, les autorités définissent le prix maximum auquel un médicament, dans ce contexte précis, peut être vendu.

Toutefois, rien n’interdit aux grossistes/détaillants, de le revendre à moins cher comme nous l’a expliqué notre interlocuteur.

Avec la publication du rapport de la Competition Commission of Mauritius (MCC) le 8 juin dernier, faisant suite à une étude du marché, plusieurs failles ont été révélées en ce qu’il s’agit des pratiques au sein de l’industrie pharmaceutique à Maurice.

Le document démontre, entre autres, que la situation actuelle découle du fait que sur la quarantaine de grossistes/détaillants que comptent le pays, seuls cinq ou six détiennent le monopole, soit, la plus grosse part du marché.

Pour Jaganathan Rangan, il y a un manque de volonté de la part des autres acteurs du milieu car cette situation résulte, en grande partie, de l’absence de concurrence dite, agressive…
Une méthode que les autorités concernées encouragent d’ailleurs à outrance.

Il dit déplorer la situation car, ce serait la meilleure méthode, selon lui, pour qu’il y ait une régularisation des prix sur le marché local, et ce, dans de plus brefs délais, car « même les loups se font dompter… »

Sauf si, dit-il, au bout du compte, tous ces opérateurs tirent bénéfices et avantages de la présente situation, au détriment du consommateur.

Produits pharmaceutiques -contrôle et prix : des actions bientôt entreprises par le ministère du Commerce

Related Posts

1 of 1,674