Actualités

Petits États insulaires : la vulnérabilité au changement climatique débattue à la COP 27

Le ministre de l’Environnement, Kavy Ramano, est intervenu sur le thème “Accélérer la mise en place des infrastructures résilientes dans les PEID”, le jeudi 17 novembre. Ceci, lors de la 27e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, COP 27, tenue à Sharm El Sheikh, en Egypte, du 6 au 18 novembre.

Dans son discours, il a déclaré que Maurice, en tant que Petit État Insulaire en Développement (PEID), est particulièrement vulnérable aux effets négatifs du changement climatique, tels que l’augmentation des inondations et des sécheresses, les glissements de terrain, les cyclones tropicaux violents, les tempêtes et les marées, ainsi que l’élévation du niveau de la mer.

Le rapport mondial sur les risques 2022, publié en octobre 2022, a classé Maurice comme le 107e pays le plus dangereux. En outre, en raison de notre situation géographique dans un bassin actif de cyclones tropicaux, nous sommes l’un des pays les plus vulnérables aux catastrophes naturelles.

C’est pourquoi, lors de la COP 26, Maurice était l’un des PEID qui a défendu l’infrastructure pour les États insulaires résilients, Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS). De plus, Maurice a la chance que les préparatifs pour recevoir l’aide de la ‘Coalition for Disaster Resilient Infrastructure’ (CDRI) ont déjà commencé pour la réalisation d’études. Le ministre a ajouté que Maurice a déjà mis en œuvre un certain nombre de mesures qui sont conformes aux objectifs de l’IRIS et de la SAMOA.

La mise en œuvre de travaux de protection côtière pour protéger les plages de Maurice et l’industrie du tourisme ; et la protection du port de Port-Louis qui est le seul port de Maurice. Une évaluation complète de la vulnérabilité réalisée a recommandé la construction d’un brise-lames pour un montant d’environ 350 millions USD afin de réduire les temps d’arrêt dus aux conditions météorologiques extrêmes et au changement climatique, entre autres.

Il a ajouté que nous sommes déterminés à fournir toute l’assistance possible pour assurer le succès mondial de ce programme au profit de tous les PEID vulnérables. En conséquence, nous complétons l’introduction du premier appel à idées en invitant les partenaires à travailler avec les parties prenantes et les gouvernements des PEID pour soumettre des plans d’action pour la résilience des infrastructures via IRIS.

Petits États insulaires : la vulnérabilité au changement climatique débattue à la COP 27

Related Posts

1 of 1,684