Actualités

[Opinion] Compensation salariale: ménager la chèvre et le chou…

“Rs 500 se kitchose de plis. Sa pou aide nou ale de l’avant”, avance un des salariés mauriciens lors d’un micro-trottoir, effectué par Wazaa FM. “Une compensation salariale raisonnable”, clame pour sa part, Pramode Jadoo, économiste. C’était après l’annonce faite par le ministre des Finances et du Développement économique, Renganaden Padayachy, par rapport à la compensation salariale, payable à partir du 1er janvier 2022, après la réunion tripartite, jeudi 9 décembre.

En effet, le gouvernement a consenti à octroyer une compensation salariale graduée, soit Rs 500 à ceux percevant des salaires jusqu’à Rs 13 000 et Rs 400 à ceux touchant plus de Rs 13 000. Ce qui représente des dépenses additionnelles de Rs 2 milliards au secteur privé, comme l’a souligné, le CEO de Business Mauritius, Kevin Ramkhelawon. Cela après des consultations tripartites, menées en deux temps, avec tous les partenaires sociaux. Il va sans dire que sans l’ombre d’un doute les réactions étaient mitigées entre les centrales syndicales et le patronat.

Nous notons que tout comme depuis janvier 2021, les bénéficiaires de la Pension de Vieillesse (“Basic Retirement Pension”), les veuves, les handicapés, ne toucheront aucune augmentation, greffée sur leurs pensions en janvier 2022. Les syndicats l’ont relevé avec pertinence à l’issue de 2e round des tripartites.

« Le gouvernement aurait pu faire mieux (…) Il est regrettable que le gouvernement ait encore une fois oublié volontairement les personnes âgées », a déclaré Radhakrishna Sadien, président de la SOEF. Tonnant dans le même sens, Clency Bibi de la CSG-Solidarité, a parlé de compensation salariale “largement insuffisante”, vu que les personnes âgées et les autres bénéficiaires des prestations sociales : handicapés, veuves, sont laissés sur la touche à nouveau.

Dans ce contexte difficile de crise sanitaire, Kevin Ramkhelawon a dit reconnaître que le taux d’inflation est désormais à 4%. De manière consensuelle, il a déclaré que cette compensation salariale est « gérable et réalisable pour le monde des affaires. »

Par conséquent, nous notons avec satisfaction que le Grand Argentier a rassuré qu’il rectifiera le tir lors du prochain exercice budgétaire à l’intention des retraités et des groupes vulnérables. Outre la cherté de la vie, des retraités, dont la majeure partie d’entre eux déboursent gros à chaque fin de mois pour l’achat des médicaments et autres frais médicaux, disent puiser de leurs pensions pour le faire.

Quant à Reaz Chuttoo de la Confédération Travayer Sekter Privé (CTSP), il est plus nuancé dans ses propos et il a placé le débat à un autre niveau avec raison. “Je constate que le gouvernement a entendu notre appel en accordant une Full Compensation aux salariés en bas de l’échelle (…) Cependant, cette compensation salariale ne sera pas suffisante si le gouvernement ne vient pas de l’avant avec des mesures pour contrôler les prix des commodités courantes. »

Prenant en ligne de compte, les impératifs économiques dans la conjoncture, le gouvernement est venu de l’avant avec des mesures en vue d’établir un équilibre entre le social et le développement.

Le gouvernement n’a eu d’autre choix que ménager la chèvre et le chou pour calmer les ardeurs.

[Opinion] Compensation salariale : ménager la chèvre et le chou…

Related Posts

1 of 1,691