Nations-Unies : le Premier ministre a plaidé pour la résolution 73/295 lors de son discours

Le Premier ministre a fait une plaidoirie auprès du gouvernement britannique, que la Grande-Bretagne nous retourne les Chagos, lors de son discours durant la 77ᵉ session de l’Assemblée générale des Nations Unies, dans la soirée du vendredi 23 septembre. Il a aussi fait ressortir que le droit international reconnaît que l’archipel des Chagos fait et a toujours fait partie intégrante du territoire de Maurice.

C’était le 25 février 2019 que la résolution 73/295 de l’Assemblée générale des Nations unies et l’arrêt de la Chambre spéciale du Tribunal international du droit de la mer du 28 janvier 2021 qui ont confirmé que, le droit international reconnaît que l’archipel des Chagos fait et a toujours fait partie intégrante du territoire de Maurice.

Au nom du gouvernement Mauricien, Pravind Jugnauth a lancé un appel au nouveau Premier ministre britannique Liz Truss de faire preuve de diplomatie et de travailler en collaboration avec la République de Maurice pour mettre en œuvre la résolution 73/295 des Nations unies, de soutenir l’achèvement de la décolonisation de l’île Maurice et la réinstallation des anciens habitants de l’archipel des Chagos.

« Je souhaite signaler qu’il y a effectivement eu quelques tentatives pour entamer une telle conversation. Nous avons atteint un point où il aurait été possible de se mettre d’accord sur la marche à suivre, mais il semble que le Royaume-Uni ait quelques difficultés à accepter la proposition selon laquelle tout accord final doit être fondé sur le droit international », ajoute-t-il.

Le Premier ministre a aussi mis l’accent sur le fait qu’il serait très décevant dans l’éventualité d’une incapacité de parvenir à un accord final de s’engager et respecter l’État de droit international. D’autant plus que Maurice a confirmé au fil des ans qu’elle était prête à conclure un bail à long terme pour protéger la poursuite des opérations de la base militaire de Diego Garcia, étant donné sa contribution à la paix et à la sécurité régionale.

En ce qui concerne Tromelin, le PM à fait un rappel que l’ile fait également partie intégrante du territoire de l’île Maurice. « Nous attendons avec impatience la résolution rapide du différend sur cette île dans l’esprit d’amitié qui caractérise les relations entre l’île Maurice et la France, » a-t-il conclut.

Nations-Unies : le Premier ministre a plaidé pour la résolution 73/295 lors de son discours

Exit mobile version