Human story – Quatre Bornes: sur les traces d’une sans-abri qui dessine pour exprimer ses émotions

À chacun sa façon de meubler son temps libre et extérioriser ses émotions. À Quatre-Bornes, Rouksana, une sans-abri, âgée de 54 ans, passe le plus clair de son temps en journée sur la rue en face d’un guichet automatique.

Maman de deux enfants et ayant nulle part où aller, le soir elle trouve refuge chez une connaissance depuis l’avènement de la Covid-19.

Il ne suffit que de descendre dans les rues pour aller à la rencontre de cette personne à qui la vie n’a pas fait de cadeaux. Sa passion, le dessin, elle met sur papier ce qui lui traverse la tête et quelques fragments de sa vie éparpillée pour meubler ses journées.

À une question de notre journaliste, elle nous raconte que tout a basculé lorsqu’elle a été limogée d’une usine quelques années de cela.

Depuis, elle erre dans les rues de Quatre-Bornes en attendant qu’une âme charitable daigne lui accorde une aide.

Human story – Quatre Bornes: sur les traces d’une sans-abri qui dessine pour exprimer ses émotions

Exit mobile version