Actualités

Cultures vivrières: ces fines herbes qui valent de l’or

En conséquence de dernières grosses averses qui se sont abattues sur l’île tout dernièrement, les cultures vivrières ont pris un sale coup. Les fines herbes connaissent des mauvais jours. Les planteurs sont unanimes: un retour à la normale est envisageable d’ici un mois.

« La situation est très alarmante au niveau des plantations», lâche Kreepalloo Sunghoon, président de la Small Planters Association. « Qu’il soit dans le sud ou dans le nord ou même encore dans les hauteurs, c’est la consternation. La plupart des cultures ont été gravement touchées par les grosses averses. Il faut tout recommencer, vu que les racines et les plantules n’ont pas résisté aux intempéries. La coriandre (cotomili), le persil, le thym et la menthe sont devenus rares. Il faudra être patient avant de les retrouver dans nos assiettes », fait-il ressortir.

Non seulement les fines herbes se font rares, mais les prix de certains brins rescapés font voir rouge aux consommateurs. La petite botte de cotomoli se vend entre Rs 25 à Rs 30 sur certaines étals. « Ces fines herbes prendront du temps avant de refaire leur apparition sur le marché. D’ici un mois, il y aura un retour à la normale », rassure Kreepallon Sunghoon. En raison de la faible production, une hausse de 10 % sur certains légumes est attendue dans deux semaines.

Cultures vivrières: ces fines herbes qui valent de l’or

Related Posts

1 of 1,863