Actualités

Allégation de négligence médicale : une étudiante de 20 ans paralysée après avoir reçu une première dose du Sinopharm

Une jeune étudiante mauricienne, âgée de 20 ans et atteinte du syndrome de *Guillain-Barré, a été admise en urgence à l’hôpital SSRN à Pamplemousses, le 7 juillet dernier. Soit, deux jours après qu’elle se soit faite administrer la première dose du vaccin anti covid-19, Sinopharm.

Selon ses proches, qui ne savent désormais plus à quels saints se vouer, la jeune femme a perdu l’usage de ses pieds et de ses mains, n’était plus en mesure de bouger et a dû rester à l’hôpital durant une semaine après qu’elle ait reçu, le lundi 5 juillet, le vaccin par le personnel du ministère de la Santé. 

Ils disent ne pas comprendre comment une telle situation a pu se produire car, quelques jours avant le drame, aux vues de ses complications de santé, avoir sollicité l’avis des membres du « board médical » de l’hôpital SSRN. 

Mais malgré son dossier médical, les médecins sur place, leurs auraient affirmé que la jeune femme était parfaitement apte à se faire vacciner tout en soulignant que le Sinopharm ne lui ferait aucun mal étant « un vaccin léger. »

Faisant confiance aux professionnels, et comme la jeune femme devait prendre part à ses examens à l’université, et que la carte de vaccination est obligatoire pour y accéder, ses proches soulignent n’avoir eu d’autres choix que d’accepter qu’elle se prête à l’exercice. 

Désormais, la famille se dit révoltée d’autant plus qu’elle a obtenu un contre avis médical, du privé, mais aussi des médecins traitants de l’hôpital, qui fait état que la situation médicale de la jeune femme aurait clairement dû alerter les médecins du « board » afin qu’ils lui interdisent de se faire vacciner, car cela allait forcément provoquer une réactivation des symptômes liés à sa maladie. 

D’ailleurs, après son passage à l’hôpital, il lui a été interdit, sur ordre médical, de recevoir la seconde dose prévue. 

Au bord des larmes, la mère explique qu’il y a huit ans, sa fille avait, en raison de sa maladie justement, passée plus d’un mois à l’unité des soins intensifs (ICU) et que ces mauvais souvenirs ressurgissaient subitement. 

La famille fait savoir qu’elle a, à ce jour, envoyé plusieurs lettres au ministère de la Santé, ce concernant, sans aucune réponse. 

Nous avons également sollicité un préposé au ministère concerné qui nous a demandé, après qu’on lui ait fait part de ce cas, d’envoyer un mail qu’il transmettra au comité « pharmacovigilance » n’étant, lui, pas personnellement au courant de cette affaire. 

* NDLR ; A savoir que le syndrome de Guillain-Barré est une maladie auto-immune – anomalie du système immunitaire – inflammatoire du système nerveux périphérique, qui sont, en d’autres mots, les nerfs qui se trouvent à l’extérieur du cerveau et de la moelle épinière, les rendant plus exposés aux lésions. 

Elle se manifeste brutalement par une perte partielle des capacités motrices et s’accompagne d’une absence ou réduction des réflexes et de troubles sensitifs.

Chavee Hookoom

Allégation de négligence médicale : une étudiante de 20 ans paralysée après avoir reçu une première dose du Sinopharm

Related Posts

1 of 1,690