Accusé de séquestration : l’homme de loi s’explique

Accusé de séquestration : L’homme de loi s’explique
L'employé a porté plainte contre Me Mooroongapillay

Le manager d’un restaurant a porté plainte contre son employeur à la police, hier, mardi 20 novembre. Il accuse ce dernier de l’avoir séquestré. Fait intriguant : les faits se sont produits le 4 novembre dernier, soit quinze jours plus tôt. Rouben Mooroongapillay, l‘homme de loi incriminé nous a, pour sa part, donné une toute autre version.

Sachin G, dit-il, travaillait comme restaurant-manager, dans le restaurant de son père dans le centre commercial So’Flo à Floréal depuis le mois de décembre dernier. « Nous lui avons accordé une confiance totale. C’est lui qui gérait la caisse », nous confie Me Rouben Mooroongapillay.

En revanche, ils ont constaté que le chiffre d’affaires accusait une baisse au fil des mois. « Je ne comprenais pas pourquoi. Nous avons réalisé par la suite qu’il manquait de l’argent dans la caisse. Lors d’un inventaire nous avons constaté qu’il manquait des bouteilles de vin et de Vodka ».

Pis encore, nous relate, Rouben Mooroongapillay, Sachin serait impliqué dans le vol d’un portefeuille. Celui-ci, appartenant à l’un des clients du restaurant, contenait des cartes bancaires et une certaine somme d’argent.

Le portefeuille a été retrouvé à l’arrière du restaurant par un vigile. Sachin a été aperçu sur les images CCTV en train de manipuler le portefeuille avant de le balancer dans la cour du centre commercial. Confronté aux images, il est passé aux aveux et a été contraint de rendre l’argent ainsi que les cartes bancaires qu’il avait dissimulées dans la cuisine du restaurant.

Le pot aux roses est enfin découvert au début du mois de novembre. Me Mooroongapillay décide de porter plainte contre son employé le 5 novembre. Sachin a été arrêté et interrogé par les policiers de Curepipe et ceux de la Criminal Investigation Division (CID).

« Il allègue que je l’ai séquestré la veille, soit le 4 novembre. Alors pourquoi il ne l’a pas dit à la police ? Pourquoi avoir attendu 15 jours pour le faire ? Et pourquoi ne pas l’avoir pas dit à la magistrate lors de ses deux comparutions en cour de Curepipe. », se demande notre interlocuteur. Pour Me Mooroongapillay, il s’agit tout simplement d’une fausse allégation. Il compte à présent entamer des pousuites au criminel pour ‘false and malicious declaration’ et ‘conspiracy’. Il compte égalemnent demander des dommages de Rs 10 millions au civil à son ex employé pour avoir porté atteinte à son image et sa réputation.

 

Accusé de séquestration : L’homme de loi s’explique

Journaliste depuis 2001. A rejoint la rédaction d’Inside News en mars 2017. Il est responsable de l’équipe des Faits Divers.