GAFI – Mahen Seeruttun: “J’espère que nous sortirons de la liste avant l’heure”

- Advertisement -

“Au sujet du GAFI, je dois admettre que le sujet est pour nous très intense pour le moins. Nous avons une semaine chargée dans l’attente de la visite des évaluateurs du GAFI à Maurice. Je l’ai déjà dit et je souhaite réitérer ici que j’ai bon espoir que nous réussirons les tests d’efficacité et d’application et que nous sortirons de la liste avant l’heure”: propos du ministre des Services Financiers et de la Bonne Gouvernance, Mahen Seeruttun, dans son discours à l’ouverture officielle d’un programme de formation, Mauritius Finance Training Initiatives, à Hennessy Park Hotel, jeudi 9 septembre. De ce fait, à une semaine de l’échéance fixée pour la visite des évaluateurs du GAFI, le ministre Seeruttun affiche l’optimisme.

“Nous sommes voués à réussir pour de nombreuses raisons. Le plus important, à mon avis, est l’engagement et la volonté politique au plus haut niveau, y compris le Premier ministre, Pravind Kumar Jugnauth, lui-même”, a souligné le ministre. Cet engagement, a-t-il indiqué, fera la différence et permettra au pays de faire la différence.

S’agissant des organismes de réglementation à Maurice, Mahen Seeruttun a déclaré qu’il a “un mot très spécial” pour la Financial Services Commission (FSC) et la Financial Intelligence Unit (FIU) qui ont travaillé sans relâche pour se mettre en état de préparation pour accueillir la délégation du GAFI.

Nos agents travaillent sans relâche de manière ciblée et collaborative, ce que je dois ajouter, j’ai rarement vu auparavant.

 “Nos différentes agences gouvernementales, notamment les forces de l’ordre, se parlent, partagent et collaborent comme jamais auparavant. Du côté positif, cette nouvelle culture est là pour rester”, a soutenu le ministre Seeruttun, cela avant d’ajouter: “J’ai ressenti un profond sentiment de patriotisme et de responsabilité parmi notre peuple travaillant sur le terrain. Je suis convaincu que tous ces efforts engagés apporteront des résultats extraordinaires pour Maurice.”

 Il a dit espérer que la République de Maurice sera reconnue pour avoir atteint les plus hauts niveaux de conformité aux normes internationales.

 Selon lui, le pays se retrouve, aujourd’hui, dans un espace de valeur ajoutée et d’amélioration continue. “Je suis sûr, Mesdames et Messieurs, que vous auriez ressenti ces courants très positifs autant que moi. En quelques mois, nous avons contacté des secteurs, des professionnels et des personnes comme nous n’aurions jamais cru possible”, a-t-il poursuivi.

 Mahen Seeruttun a affirmé que dans le cadre du renforcement des capacités en matière de lutte contre le Blanchiment et le combat contre le Financement du Terrorisme (LBC/FT), “notre plus grand défi a été de mettre à niveau certains métiers, notamment ceux du groupe des Professionnels et Professionnels Non Financiers Désignés, afin qu’ils puissent mieux comprendre ce qu’on attend d’eux et partager l’importance de renforcer la conformité et d’améliorer l’efficacité.”

A ce stade, le ministre des Services Financiers et de la Bonne Gouvernance a exprimé sa  je voudrais exprimer sa gratitude à la direction de Mauritius Finance, Samade Jhummun en particulier, pour s’être jointe à la Financial Services Institute Ltd…

“Je suis heureux de dire que près de 1 000 professionnels ont été perfectionnés dans le cadre de ce partenariat grâce à divers programmes de formation intensifs, y compris des “master classes” spécialisées MLRO”, a-t-il soutenu.

 Mahen Seeruttun a rappelé que c’est depuis juillet de l’année dernière, le FSI, avec le soutien de son ministère, la CRF, le FRC et le FSC, est devenu le principal organisme de formation du pays sur les questions de criminalité financière et a formé bien plus de 4 000 professionnels.

“Nous avons fait des progrès significatifs dans le programme de renforcement des capacités et nous en ferons la démonstration au GAFI”, a maintenu le ministre Seeruttun. Il a dit être conscient qu’il ne s’agissait pas d’une formation ponctuelle juste pour passer un test.

Il a argué que les développements des systèmes de LBC/FT sont continus pour lutter contre les transformations de l’environnement de risque de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme et la numérisation apportera des transformations encore plus importantes à l’horizon.

“L’apprentissage continu est un impératif et non plus un choix. Nos initiatives de renforcement des capacités en matière de conformité en matière de criminalité financière transformeront notre capital humain en quelque chose qui deviendra une marchandise pour la région”, a-t-il déclaré..

Affirmant que Maurice est prête à montrer la voie en Afrique et au-delà. “Déjà, nos professionnels sont des ressources très prisées pour les juridictions les plus établies de Londres au Luxembourg. Nos professionnels sont de plus en plus sollicités et braconnés à l’international”, a renchéri Mahen Seeruttun.

GAFI – Mahen Seeruttun: “J’espère que nous sortirons de la liste avant l’heure”

- Advertisement -
Advertisements
- Advertisement -
- Advertisement -
Advertisements

Les derniers articles

Advertisements
Contact us