Hommage à Eléana Gentil : six ans plus tard, dans l’attente que justice lui soit enfin rendue

- Advertisement -

Tous se souviennent de ce triste drame qui aura à jamais marqué l’histoire du pays… Le meurtre de la petite Eléana Edouarda Gentil, 11 ans, dont le corps avait été retrouvé le 15 avril 2015 à plus de deux kilomètres de son domicile.

Sa disparition, qui avait durée 10 jours, avant que son décès ne soit confirmé, avait alors choqué et révolté tout Maurice.

Cette enfant, au cœur tendre, douce, joyeux et amical, comme la décrivaient ceux qui l’avaient côtoyée, avait disparu le dimanche de Pâques à l’époque, soit le 5 avril 2015 avant d’être abusée et tuée.

Selon ses proches, la petite Eléana s’était rendue à une fête organisée par un membre de la famille, non loin de son domicile à Cité Anoska, 16ème Mille, le jour où elle n’a plus donné signe de vie.

Après de nombreuses recherches entamées par les membres de la police et les volontaires et parents de la victime, et ce, malgré que certains affirmaient avoir entendu la voix de la fillette dans les bois, dans la soirée du vendredi 10 avril 2015, son corps, en état de décomposition avancée, sa tête détachée, sera découvert dans un coin retiré et boisé de Lapeyre à Nouvelle-France.

Le pire est annoncé. Selon les enquêteurs, la fillette a été victime d’une agression sexuelle avant d’être sauvagement assassinée et abandonnée par son bourreau d’agresseur. Les causes exactes de son décès ne peuvent cependant être confirmées en raison de l’état de décomposition avancée du cadavre retrouvé. Le légiste confirmera qu’Eléana a été frappée à la tempe avec une pierre, ce qui aura provoqué une fracture du crâne, mais qu’elle n’a pas été décapitée.

Si dans un premier temps, un habitant de la Cité Mangalkhan est placé en état d’arrestation, il sera néanmoins blanchi, six mois plus tard, grâce aux résultats de tests ADN prélevés sur le cadavre de la petite.

L’enquête policière se tournera alors vers le suspect James Jonathan Ramasawmy, aujourd’hui âgé de 32 ans. Un homme qui ne serait nul autre que le cousin de l’enfant et qui avait participé aux recherches visant à la retrouver…

Il est arrêté le 8 juillet de la même année après que le rapport du Forensic Science Laboratory (FSL) ait révélé que son ADN a été découvert sur les sous-vêtements de l’enfant martyre.

Bien que James Jonathan Ramasawmy nie toute implication dans cette affaire, voilà six ans depuis qu’il se retrouve derrière les barreaux.

C’est le 28 novembre 2019 que l’enquête judiciaire, instituée par le Directeur des Poursuites Publiques (DPP), a été initiée en cour de Curepipe et devait être reprise en avril 2020.

Six ans plus tard, rendons hommage à cette petite ange partie trop tôt, dans l’attente que justice puisse enfin lui être rendue… À jamais dans nos cœurs et dans nos mémoires, puisses-tu reposer en paix, ou que tu sois, douce Eléana.

Hommage à Eléana Gentil : six ans plus tard, dans l’attente que justice lui soit enfin rendue

Advertisements
- Advertisement -
Advertisements
- Advertisement -
- Advertisement -
Advertisements

Les derniers articles

Advertisements
Contact us