Belal Peerally : « Je n’était même pas présent à l’école Philippe Rivalland »

Les rumeurs peuvent se propager comme une traînée de poudre, d’autant plus dans une petite île comme la nôtre surtout en cette période de crise sanitaire.

Un dénommé Belal Peerally en a fait les frais, hier, mardi 6 mars, sur la toile à l’effet qu’il serait le surveillant d’examen testé positif au Covid-19 qui était affecté à l’école Phillipe Rivalland lors du coup d’envoi des épreuves du PSAC.

Or, cet employé engagé dans une entreprise du privé dans le secteur de la santé et de la sécurité nie catégoriquement avoir été présent dans l’établissement scolaire susmentionné.

Sollicité par Wazaa FM, cet habitant de Highlands tient à dissiper les doutes et rassure qu’il n’a jamais été en contact avec des élèves prenant part aux examens du PSAC.

Habitant dans une zone rouge et considéré comme étant un frontliner, il s’est prêté à un exercice de dépistage aléatoire, lundi dernier dans un centre communautaire à Highlands.

Malgré le fait qu’il ait été déjà vacciné, le 26 mars dernier, le verdict est tombé, hier, aux alentours de 15h30: il s’avère être covid positif, mais asymptomatique.

De là, le ministère s’est chargé de la prise en charge et, Belal a été conduit le soir même au centre de traitement ENT à Vacoas. Détenteur d’un WAP, faisant le trajet quotidien de Highland à Port-Louis au quotidien, il dit ne pas savoir, où et quand est qu’il a pu contracter le virus.

Cependant, Belal Peerally dit avoir respecté les recommandations des autorités quant aux restrictions de pouvoir circuler soit ; de son lieu de travail à son domicile et les jours alloués pour faire les provisions.

La Santé a déjà entamé l’exercice de Contact Tracing et les membres de sa famille entrerons incessamment en quarantaine.

Belal Peerally : « Je n’était même pas présent à l’école Philippe Rivalland »

Advertisements