L’année des Fake News: Journalisme de bas-étage ou complot délibéré pour descendre le PM ?

2020, la première année du nouveau gouvernement, a été caractérisée par une envolée systématique de « fake news » contre la majorité dirigée par Pravind Jugnauth. Le Premier ministre a lui-même particulièrement été visé par des attaques répétitives venant majoritairement d’une section de la presse, qu’on pourrait qualifier de « gutter press ». Ce journalisme de bas-étage n’est pas innocent. Le but de ces vautours, inféodés à un petit groupe de potentats dont le pouvoir financier est immense, est simple : « descendre » coûte que coûte ce Premier ministre qui « means business » et qui travaille pour le bien-être de l’ensemble de la population.  

Remontons un peu dans le passé récent. Novembre 2019, l’Alliance Morisien remporte les élections générales de manière claire et nette. L’électorat mauricien a voté pour la continuité, le sérieux et le développement. Que voyons-nous cependant ? La presse de caniveau, reprenant les mots de Ramgoolam et de Bérenger, au lieu de promouvoir l’unité, insiste sur le fait que 37 % de l’électorat « seulement » aurait voté pour le nouveau gouvernement. Et que ces 37 % se situeraient plutôt du côté de nos villages. 

Passons sur la connotation et la coloration ethnique et raciste que ces journalistes de pacotille ont voulu donner au vote sacré de la population. Attardons-nous surtout sur la division que ces pyromanes ont voulu semer parmi le peuple.

Complot anti-gouvernemental 

Vous croyez que ces gens-là allaient se calmer après cela ? Qu’ils allaient respecter le choix de l’électorat et sagement attendre la fin de ce présent mandat cinq ans plus tard ? Non. Le complot anti-gouvernemental ne faisait que commencer. Début 2020, c’est la Covid-19 qui va venir alimenter le feu anti-Pravind Jugnauth. Que dit cette certaine presse ? « Le Premier ministre aurait attendu le retour de son épouse et de ses enfants pour ensuite décider d’une date pour la fermeture de nos frontières. » 

Ensuite, ces pseudos-journalistes vont faire croire à une population déjà stressée par le confinement et le couvre-feu qu’il y avait beaucoup plus de personnes « Covid positive » qu’annoncé ou pire encore, des morts du virus que les autorités cachaient. Les « fake news » vont redoubler d’intensité sur le Net et les réseaux sociaux. Encore une fois, l’irresponsabilité de cette section de la presse ne fait que jeter de l’huile sur le feu, attisant l’angoisse de la population. Tout faire pour établir un climat de peur, malgré les mesures courageuses prises par le gouvernement.

Heureusement, la population finit par se ressaisir et se lasser de toutes ces palabres. D’autant plus que le temps donne raison au gouvernement et au Premier ministre. Bien vite, les mesures préventives commencent à porter leurs fruits. Le pays devient « Covid-safe », un des tout premiers au monde. Notre économie affiche sa résilience, grâce au soutien du gouvernement. Les emplois sont sauvegardés et les plus vulnérables protégés. 

Médias pro-pouvoir financier

Aussitôt le confinement enlevé, les projets d’infrastructures et le développement redémarrent. Le tout malgré le triple choc qu’a subi le pays en 2020 : la Covid-19, l’échouement du Wakashio et la liste noire de l’Union européenne. Pas une mince affaire, surtout pour l’an 1 du gouvernement ! 

Cependant, naïf est celui qui allait croire que les médias pro-pouvoir financier et leurs différents porte-parole, mécontents du résultat des urnes, allaient souligner ces difficultés du moment ! Non, ils préfèrent continuer leur travail de sape contre le Premier ministre et son gouvernement. Heureusement que le ridicule ne tue pas sinon on aurait perdu beaucoup de ces pseudos-journalistes. 

Ki zot pann dir ? « La fille du Premier ministre va se marier en novembre 2020, avec un proche du Premier ministre indien. Des centaines d’invités viendraient de l’Inde, sans respecter les protocoles de la quarantaine ! » Fake news ! Qu’avons-nous vu plutôt ? C’est le chouchou de ces médias (n’en déplaise à Ramgoolam), Arvin Boolell, qui s’est marié ! Mais le mal était fait, car des Mauriciens ont cru à ces « fake news » et ont alimenté le feu anti-gouvernement. Injustement.

Puis, ces comploteurs de salon ont créé de toute pièce un (pseudo) Zorro local : le fameux Bruneau Laurette. Ce personnage qui ressemble à ces mercenaires des séries américaines, ex-bouncer aux antécédents nébuleux, est monté par nos journalistes de bas-étage en héros. Ceux-ci gonflent le personnage, lequel, tel le crapaud qui se voulait aussi gros qu’un bœuf, finit par exploser. L’échec est total.

Dividendes en espèces sonnantes et trébuchantes

Cependant, des rumeurs inquiétantes commencent à circuler. Le pouvoir financier, se voyant privé de dividendes en espèces sonnantes et trébuchantes et n’ayant pas un Rama Sithanen ou un Paul Bérenger pour lui offrir des « gratuities » par milliards, généreusement puisées des caisses de l’Etat, se sent frustré. Une firme de relations publiques, Heidelmann, est approchée, pour « deliver a major event in August 2020 ». Une somme mirobolante de USD 16 millions aurait même été versée ! La suite on le connait. Ce « major event », c’est la fameuse marche du 29 août. 

Ces pouvoiristes de notre secteur financier ne vont pas s’arrêter en si bon chemin. Leurs tentacules s’étendent et leurs moyens de pression s’exercent de manière de plus en plus virulente à travers la presse locale, les réseaux sociaux, et ils vont même finir par manipuler le Cardinal Piat et l’inciter à tenir des propos contre le Premier ministre. Propos que l’homme d’Église regrettera par la suite. 

La fin de 2020 est toujours marquée par des « fake news » et des théories du complot contre le gouvernement. Toujours provenant des mêmes « quarters » et bienveillamment relayées par des pseudos-journalistes serviles. On cherche à tout prix à déstabiliser Pravind Jugnauth et son équipe. 

Exemple de « fake news » : la famille Ramdanee, l’Inde, l’Arabie Saoudite rachèteraient tous les hôtels détenus par les Franco-mauriciens ; raison pour laquelle le ministre des Finances refuserait de leurs octroyer des fonds de soutien. Ou encore une autre fiction : l’épouse du Premier ministre détiendrait USD 21 millions dans une banque à Dubaï ! 

Élucubrations

Autres élucubrations de nos comploteurs de bas-étage : le PM aurait importé de la drogue sur le Wakashio ; qu’il serait à la tête d’une mafia et d’un escadron de la mort. Il y a aussi le fameux « Angus Road », qui finira en pétard mouillé. Maintenant, ils essaient de s’accrocher aux soi-disant « Kistnen Papers », qui se sont ensuite transformés en « Jules Papers ». C’est à en perdre son latin ! 

Bref, ces gens-là ne reculent devant rien pour « descendre » le Premier ministre, pour faire du « character assassination » contre sa famille et lui. Mais Pravind Jugnauth les attend au tournant. Il a déjà entamé des poursuites juridiques contre des groupes de presse, dont La Sentinelle / l’express et Le Mauricien / Week-end. Il a déjà remporté des procès en diffamation dans le passé. Nous verrons bien cette fois encore. 

Que feront ces médias qui matin, midi et soir essaient de mettre des bâtons dans la roue du gouvernement ? Comment le secteur privé compte-t-il agir vis-à-vis du gouvernement, en sachant que le Premier ministre a encore quatre années avant la fin de son mandat ? Beaucoup d’interrogations certes. L’avenir nous le dira. Entre-temps, le travail continue. 

Le Furet

L’année des Fake News: Journalisme de bas-étage ou complot délibéré pour descendre le PM ?

 

Advertisements