Politique

Partielle au No 18 : « Li pu avan tou enn fason donn sok o guvernman aktyel, » selon Paul Bérenger

Partielle au No 18 : « Li pu avan tou enn fason donn sok o guvernman aktyel, » selon Paul Bérenger

Le leader du MMM a commenté la partielle à Belle-Rose/Quatre-Bornes lors de sa conférence de presse hebdomadaire. C’était à l’hôtel Le Labourdonnais à Port-Louis.

Paul Bérenger fait savoir qu’il y aura désormais une accélération des activités électorales côté du MMM, avec la date de la partielle à Belle-Rose/Quatre-Bornes déjà fixée. Il déclare que la partielle du 17 décembre sera l’occasion idéale pour décider des élections générales dans le pays. « Li pu avan tou enn fason donn sok o guvernman aktyel. »

Il cite aussi le fait que le 17 décembre marque le jour de la crémation de Sir Seewoosagur Ramgoolam.  Il ne sait pas si le gouvernement actuel est conscient de cela. Pour lui, c’est un manque de respect.

Par ailleurs, Paul Bérenger se dit fier que le MMM est le seul parti qui présente une femme candidate pour la partielle au numéro 18. « Nou fyer ki dan enn moman kot pei pe enfons dan skandal apre skandal, le MMM pe prezant li avek lame prop. »

Il affirme également que le pays est mûr pour les élections générales.

Dans la foulée, Paul Bérenger réitère qu’il n’y a aucun rapprochement avec le MSM.

Le leader du MMM a commenté aussi les incidents qui ont eu lieu lors de la réunion du Mouvement Patriotique à Quatre-Bornes où plusieurs personnes avaient essayé de semer la pagaille. La même chose s’était passée lors d’une activité à laquelle participait Arvin Boolell. Paul Bérenger affirme que c’est Roshi Bhadain qui ne fait que soudoyer quelques personnes. Il souhaite que la partielle se déroule dans le calme et le respect mutuel.

Le leader des Mauves a parlé également du scandale dans lequel est impliqué Ravi Yerrigadoo. Il estime que ce dernier aurait dû être révoqué depuis le lundi 11 septembre, date à laquelle le scandale a éclaté.  Il qualifie de « choquant » et « écœurant » qu’un Attorney general ait donné le feu vert à une personne poursuivie pour escroquerie.

« Sa let la asse pu diskalifyer Yerrigadoo an tan ki minis. »

Il affirme aussi que si Ravi Yerrigadoo était un membre élu, li serait encore ministre, il n’aurait pas été révoqué. D’autre part, le leader du MMM reste sceptique et dit n’avoir aucune confiance en l’ICAC et la police. Il dit craindre fermement qu’il y aura « cover up » dans cette affaire.

Paul Bérenger cite en même temps Showkutally Soodhun. « C’est écœurant qu’il soit encore ministre avec tous ces dérapages, » lance-t-il. Il parle surtout de la menace de mort à l’encontre de Xavier Duval.  Paul Bérenger pense que le Vice Premier ministre aurait menacé de partir si des sanctions sont prises à son égard.

To Top