Actualités

Les grands procès de 2018

Les grands procès de 2018

Les yeux seront braqués sur les procès qui ont secoué le pays en 2016. 2018 sera déterminante pour beaucoup de ceux qui ont des affaires en cour.

Pravind Jugnauth, Premier ministre

2017, n’a pas été de tout repos pour le Premier ministre, Pravind Jugnauth. Ce dernier avait obtenu gain de cause en 2016 sur l’affaire Med-Point en cour suprême. Le Directeur des Poursuites Publiques (DPP), avait décidé de référer l’affaire Med-Point au privy council pour l’interprétation de la loi, sous l’article 13 (2) et (3) de la POCA (Prevention Of Corruption Act). Une fois le dossier envoyé par le DPP au Privy Council, l’attente sera pénible. Affaire à suivre…

Dr Navin Ramgoolam

Un combat de longue haleine pour le Dr Navin Ramgoolam. Sur les onze charges logées contre lui, seulement deux seront débattues en cour d’intermédiaire en 2018.

L’affaire Roches-Noirs et le coffre-fort, qui ont fait couler beaucoup d’encre, feront partie des procès qui retiendront l’attention. Le panel d’avocats de l’ancien Premier ministre miseront fort pour blanchir leur client.

Raj Dayal, l’ancien ministre de l’environnement

Accusé de corruption, le procès de Raj Dayal sera entendu dés le début de l’année 2018. L’affaire «bal kouler» qui avait provoqué la démission de Raj Dayal comme ministre de l’environnement, sera débattue en cour intermédiaire. L’avocat Gavin Glover avait demandé que le cas soit rayé contre son client, Raj Dayal.

Boskalis

Suspens, suspens, suspens…l’affaire Boskalis sera de nouveau entendue en cour intermédiaire cette année.

Les hommes de loi de Siddick Chady et Prakash Maunthoora, qui ont du mal à contre-interroger les témoins étrangers via vidéo-conférence, ont demandé l’annulation du procès. L’adjoint au DPP, quant à lui, défend farouchement le dossier. Pour les avocats de la défense, ils ont fait une demande pour que les témoins viennent à Maurice pour être interrogé. Même si cette demande n’a pas abouti, l’affaire sera reprise.

Betamax

Le bras de fer entre l’état mauricien et Veekram Bhunjun, n’a pas tenu longtemps. L’arbitration de Singapore a donné gain de cause à la firme Betamax, soit un dédommagement de 5 milliards. Coup de massue à la State Trading Corporation, qui doit débourser cette somme colossale. La STC a fait appel en cour suprême pour contester le verdict. L’affaire sera entendue cette année.

Mis à part les procès qui ont déjà pris forme, il y a aussi celui intenté à la cour international par Dawood Rawat. L’ex patron de la défunte BAI a contesté la mise à plat de sa compagnie, la BAI, et devrait réclamer environ 20 milliards de roupies.

 

 

 

 

To Top