Actualités

Recrutement des proches du pouvoir: « il faut avant tout une transparence, » selon Rashid Imrith

Fonction publique – Flexi-time : Des pour et des contre

Recrutement des proches du pouvoir: « il faut avant tout une transparence, » selon Rashid Imrith

La question avait été posée, à l’Assemblée Nationale, hier, mardi 29 novembre, dans la tranche de la Prime Ministers’ Question Time (PMQT). Le député du Ptr, Shakeel Mohamed avait demandé si le gouvernement allait introduire une loi empêchant les proches du pouvoir à être recrutés dans la fonction publique.

Ivan Collendavelloo, le Premier ministre suppléant, a alors expliqué que le gouvernement ne ferait pas cela. « I have to unambiguously state that the government does not intend to bring such legislation. » Il fait savoir qu’un tel projet de loi serait « discriminatoire » et créera une « situation chaotique » au sein de la fonction publique.

Nous avons interrogé Rashid Imrith, Président de la  All Employees Federation. Il pense que le plus gros problème est celui de la transparence. « Il faut qu’il y ait plus de transparence dans l’exercice de recrutement à tous les niveaux. » Il estime qu’on pourra ainsi savoir si les proches des ministres seront autorisés à intégrer la fonction publique.

« Si zot kalifye, pena problem, me bizin ena transparans. »

Toutefois, Rashid Imrith ajoute que ce n’est pas en raison de cela, qu’il faut qu’il y ait un fast track.

Il exige également que la Public Service Commission (PSC) ne délègue aucun pouvoir aux ministères pour faire des recrutements. Le Président de la All Employees Federation cite en tant qu’exemple, le recrutement de 60 médecins en septembre 2015. Cela avait fait un grand bruit car les proches des personnalités politiques figuraient dans la liste. Il parle également du recrutement des Health Care Assistants en 2005 lorsqu’Ashock Jugnauth était ministre de la Santé. Cette affaire avait causé l’annulation de son élection.

Pour lui, il faut avant tout publier les qualifications et l’expérience de ceux qui ont été recrutés. Il explique aussi qu’actuellement le gouvernement fait des entretiens pour recruter des enseignants pour le primaire. « Me pakone lor ki kriter pe pran. »

Rashid Imrith parle aussi des nominations sur les Boards qui sont entrepris par les ministres ou leurs collègues. « Il faut publier tous les recrutements. » Cependant il souligne qu’on ne peut rien faire dans les cas de nominations statutaires. « Sa pena swa. » Mais il réitère qu’il faut publier les noms et les qualifications de tous ceux recrutés, en toute indépendance.

To Top