Politique

Le Muvman Travayis Militan fait un appel aux parlementaires de ne pas abuser de leur pouvoir

Le Muvman Travayis Militan fait un appel aux parlementaires de ne pas abuser de leur pouvoir

Reshma Ramchurn, secrétaire générale du MTM, affirme que le parti se sent touché par les récents événements impliquant les parlementaires. Le MTM était en conférence de presse ce lundi 2 octobre.

Reshma Ramchurn souligne que chez le MTM, « on se sent dépassé, » par les incidents impliquant les femmes. « Aster ena derapaz lor derapaz, » lance-t-elle. Il y a de l’humiliation de tout part concernant la gent féminine. La secrétaire générale du MTM fait ainsi un appel aux parlementaires de ne pas abuser de leur pouvoir.

Elle parle avant tout du Vice-premier ministre Showkutally Soodhun qui s’est justifié en disant que la dame est une activiste du parti travailliste. Elle fait savoir que cela ne lui donne pas pour autant le droit de malmener la personne. « Seki Soodhun in bliyer, se ki li ti enn VPM sa ler la. »

Pour rappel, le ministre participait à un atelier de travail avec les syndics et les associations de résidents de la NHDC. C’était au Palms Hotel à Quatre-Bornes. Showkutally Soodhun avait, lors de son discours, commencé à critiquer l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam. Une situation pour laquelle une dame présente dans l’assistance l’a réprimandé. Pour elle, les propos de Soodhun est out of subject. Les choses se sont ensuite envenimées et Showkutally Soodhun a demandé à la dame de quitter la salle.

Reshma Ramchurn déclare que le ministre n’était pas présent en tant que politicien, mais qu’il représentait son ministère lors de cet événement. Elle donne avant tout raison à la dame pour son attitude et estime que Showkutally Soodhun devait la respecter.

La secrétaire générale souligne également les dérapages qui se sont enchaînés. Elle parle notamment de Ravi Rutnah qui a traité une journaliste de « femel lisyen.» Elle qualifie ces propos de « dégradants » et « insultants. » Elle pense qu’en tant que parlementaire, il pouvait uniquement demander à la journaliste de retirer ses mots.

Reshma Ramchurn vient ensuite avec l’affaire Tarolah. Elle fait savoir qu’au niveau du MTM, une telle personne ne peut être considérée honorable. « Tarolah ziska parlman li pane kite. »

Elle soutient que le Parlement est un temple et quand les mauriciens ont voté pour un représentant, ce dernier doit avoir un comportement digne. Elle s’est demandée « est-ce que les parlementaires font leur travail comme il se doit ? »

Reshma Ramchurn soutient que dans ce tug of war entre Kalyan Tarolah et la demoiselle, c’est le peuple et la famille mauricienne qui souffrent.

To Top