Edito

Vivre et laisser vivre !

Vivre et laisser vivre !

LE CRIME… Ce mot résonne comme un écho sinistre. Son nom est innommable. La criminalité gagne du terrain à Maurice… Des cas de vols, d’agressions et surtout de meurtres sont de plus en plus récurrents. Il est vrai qu’une société sans criminelle est inconcevable, mais trop c’est trop.

Cette semaine écoulée, notre île paradisiaque a été témoin de trois meurtres commis de sang froid. Les uns plus atroces que les autres. Ce qui amène à des questions qui restent trop souvent sans réponses. Surtout quand on demande comment un père de famille peut enlever la vie à celle qui lui a donné trois enfants ? Comment une jeune adolescente, qui est déjà maman à l’âge de 17 ans, peut frapper son bébé de trois mois jusqu’à lui ôter la vie ? Comment trois indivius qui ont pour but de voler, ont finalement battu et étouffé à l’aide d’un oreiller une écossaise et cela en présence du fils de la victime.

Oui, c’est choquant ! Et il est grand temps de tirer la sonnette d’alarme. « Sommes-nous en sécurité ? », cette question est d’une véracité consternante, car elle relate parfaitement l’inquiétante réalité quant à l’ampleur des vols avec violence et des meurtres. Pour s’imprégner de cette réalité, il suffit de lire les quotidiens qui rapportent quotidiennement des cas d’actes de barbarerie par ci ou de meutre avec sang froid et préméditation par là.

Si on veut véritablement réduire les cas de meurtres, ou réduire le taux de criminalité  pour ne pas dire éliminer complètement la criminalité, il faudrait faire en sorte que les gens ne se retrouvent pas dans des situations favorables à la criminalité : Pauvreté, crise économique, pertes de repères, manque d’éducation. Il est évident que tout cela peut faciliter le passage à l’acte criminel. C’est ce qui fait d’ailleurs que les zones ou la prévenance est beaucoup plus élevé sont souvent des quartiers populaires ou l’éducation pose problème sans pourtant parler des conditions de vie. Il faudrait donc prendre en charge ceux qui sont beaucoup plus exposés à la criminalité. Il faut faire en sorte que les gens apprennent, que plus vous avez un niveau intellectuel développé moins vous recourez à l’acte criminel ou à un acte de déviance du moment où il y a un rapport entre crime et cerveau.

La pauvreté est l’une des causes de la criminalité. Elle gagne de plus en plus les sociétés modernes. Ce qui fait que les jeunes sont laissés à eux même avec, comme point de chute, la délinquance qui est source des agressions notées ça et là mais aussi des meurtres. On doit combattre le mal à la racine en créant des emplois et en éduquant les masses . Le travail de conscientisation doit commencer par les cellules de bases, c’est à dire chez les familles. C’est ici que l’importance de l’éducation entre en jeu. Force est de constater que la violence qui sévit dans notre société a bien atteint son paroxysme avec les meurtres répétés.

Ainsi, la recrudescence des meurtres effraie plus d’un. D’où l’urgence de réfléchir sur des moyens de répression plus sévères afin de stopper le phénomène. Parce que trop c’est trop !

To Top