Actualités

Commission d’enquête sur la drogue : la farce de Siddick Islam

Commission d’enquête sur la drogue : la farce de Siddick Islam

Siddick Islam, alias Ti Ner n’a rien voulu dire devant la Commission lors de son audition. « Mo pa pu kozer, » lançait-il à chaque question de Paul Lam Shang Leen.

Siddick Islam est condamné à 30 ans de prison en 2007 pour tentative de prendre possession d’une cargaison d’héroïne. Venu pour témoigner, il insistait pour écrire une lettre afin de dire la vérité. Chose peu appréciée par Paul Lam Shang Leen. « Pas vaut la peine avoy lettre si ou pas pu kozer, » a lancé le Président de la commission d’enquête.

Siddick Islam a toutefois, commencé par incriminer certains avocats, parmi, Roshi Bhadain qui lui a pris Rs 300 000 avant de se volatiliser. Il cite aussi Raouf Gulbul, Yash Bhadain ou encore Guy Olivier qui lui a demandé Rs 800 000. Il parle de la « malhonnêteté » des avocats qui lui ont pris pour une machine à sous. Toutefois, Siddick Islam a plutôt clamé son innocence avant de critiquer sévèrement les avocats. Il ne voulait plus répondre aux questions relatives à la corruption dans les prisons ou sur les trafics de drogue parmi les détenus.

L’audition s’est par ailleurs, poursuivie à huis-clos car, Ti Ner voulait répondre aux questions en privé.

Ci-dessous l’audition en grandes lignes:

Paul Lam Shang Leen : Oune avoy enn lettre oune dir ou anvi kozer, ou pu koz lor corruption, ki maniere la drog circulé dans prizon

Siddick Islam : mo pa le regler sa lor mo fami, mo madame deja ena enn case. Ena bane avocat ki fami ek juge.

Paul Lam Shang Leen : ou ena buku avocat

Sidick Islam : mo ena buku avocat. Mo ti paye Roshi Bhadain Rs 300 000, line pran mo kass line ale, pane truv li ditout.

Paul Lam Shang Leen : Ou kinn soizir ou avocat.

Siddick Islam : Sa kantiter avocat kine vinn guet moi la.

Paul Lam Shang Leen : Eski oune passe par welfare?

Siddick Islam : Mo madame ti guet zot. Raouf Gulbul ti promet moi li pu tir moi. Bane la in fer malhonet. Zot in tir pres 7 mois dans mo lapel.

Paul Lam Shang Leen : Nou p koz eski bane avocat in fer maldonne

Siddick Islam : Zot in pran mo kass et pane diskute mo case. Yusuf Mohamed pendan 20 ans li pane pran aukaine case mais en 2008 in pran mo case. Zot in pran mo case mais zot in laiss moi dan prizon

Paul Lam Shang Leen : Sa pa interesse moi. La commission c’est gueter si zot in fer kitsoz ki a l’encontre zot profession

Siddick Islam : Laiss mo fini kozer!

Paul Lam Shang Leen : Mo p re dir ou c’est pas enn lendroit pu koz sa. Oune choisir ou avocat zot in dimane fer sa. Ou bizin al bar council ou la cour supreme pu koz sa.

Siddick Islam : tou sa avocat la mone mal choisir?

Paul Lam Shang Leen :  sa c’est enn lot zafair. Buku telephone in saisi ek ou. Kuma oune gayn telephone?

Siddick Islam : Mo pa pu kav expliker, mo kav avoy enn lettre.

Paul Lam Shang Leen : Si ou pena raizon valab ou bizin reponn. Moi mo koner ena buku telephone in saisi, ena buku communication.

Siddick Islam : Apre mo pu dir.

Paul Lam Shang Leen : Kifer ou pa pu kozer

Siddick Islam : Pa vaut la peine, mo koner kifer mo pa pu kozer. Mo ti penser sa pu deroule enn lot facon. Mo pu explik li dan enn lettre.

Paul Lam Shang Leen : Si ou pena narien pu dir, nou arête lamem.

Siddick Islam : Mo pa per personne mais mo ena mo raison. Kan ou autorise moi mo pu ekrir enn lettre

Paul Lam Shang Leen : Pa vaut la peine ou avoy lettre si oune dir ou pa pu kozer.

Siddick Islam : Sa kantiter kass mne depenser are avocat la, kifer zot in pran mo kass, mo ti kumadir enn machine a sou devan zot

Paul Lam Shang Leen : Malheureusement ou pa divan lacour. Narien pa ti empess ou pran enn avocat.

Siddick Islam : Zot tou in fer malhonet are moi

Paul Lam Shang Leen: Mo p laisse ou kozer, mo compran ou amerder. Mone dnne ou tou lokasion. Mo esperer oune fini are sa, nu al dan enn lot chapitre. Eski avocat in dir zot sanz lenkete?

Siddick Islam : Hurrunghee in sanz lenket, in zis dir Farhad signe sa, lundi mo largue ou.

Paul Lam Shang Leen : mo compran ou, kav sanz chapitre?

Siddick Islam : Non mo pa pu kozer

Paul Lam Shang Leen : Ou pu koz tousel avek nou, pa bizin journaliste? Kuma trafik ladrogue fer, si ena corrompu? Dan privé ou pu kozer?

Siddick Islam : Oui!

A ce stade les journalistes ont été priés d’évacuer la salle d’audience et l’interrogatoire a continué à huis clos.

To Top