Politique

Partielle au no18: Now or never…

Partielle au no18: Now or never…

Le jour où Roshi Bhadain a annoncé sa démission au no 18, beaucoup ont salué cette initiative. Le leader du Reform Party avançait même que cette élection provoquera très prochainement les élections générales. Mais, il se trouve que les choses sont différentes. Il sera surtout question de l’avenir politique des protagonistes de cette joute.

A titre d’exemple, l’ancien ministre de la Bonne gouvernance se positionnera lui-même pour reprendre sa place de député dans cette circonscription. La raison évoquée pour sa démission est le Méga projet du Metro Express. Il disait souhaiter un référendum national pour proposer le projet. « On ne comprend pas exactement sa décision », affirme-t-on dans les rues de Quatre-Bornes. Il ne se rend pas compte qu’il peut ne pas retrouver sa place de parlementaire.

Même si c’est vrai que dans un passé pas très lointain, il affirmait qu’il ne fera plus de politique, il, a entre-temps, créé un nouveau parti : le Reform Party. D’ailleurs, beaucoup de personnes sont d’avis qu’il a bien perdu la côte de par son absence dans la circonscription alors qu’il était ministre. En tout cas, il risque de perdre gros en cas de défaite. Il se peut que son nouveau parti « mort avant li prend naissance », comme on le dit dans le jargon mauricien.

L’élection partielle à Belle-Rose/Quatre-Bornes sera aussi capitale pour l’autre Ogre du monde politique: Arvin Boolell. Lui aussi, candidat battu aux dernières élections de 2014 (Vieux Grand-Port/Rose-Belle), joue sa dernière carte. Même si l’on ne remet pas en doute son expérience sur la scène politique, il se présente pour la première fois dans cette circonscription.

Une chose est sûre : ce n’est pas gagné d’avance, bien malin qui pourra prédire le nouvel élu de cette circonscription.

 

To Top