Actualités

“Mo bisin la loi pou protége mo sekirite”

“Mo bisin la loi pou protége mo sekirite”

Telle pourrait être la réplique à la jeune femme de 24 ans qui avait agressé une vieille dame de 78 ans. En effet, celle qui avait attaqué Yvette sur la route à Baie du Tombeau le 7 juin dernier, pour lui voler son sac, a fourni cette explication aux policiers : « Mo ti bisin cash pou acter dilait pou mo zenfant »

Faut-il en pleurer ou la détester ?

Ces derniers temps les agressions sur les personnes âgées ont pris une ascendance dans notre société. Rien qu’au mois de Juin, trois vieilles personnes ont été la proie des bandits. Le 3 juin dernier, Kosila Pokun, 77 ans, habitante de Quatre Bornes, est assaillie sur la route par deux énergumènes. Ils lui arrachent sa chaine en or. Dans la lutte, elle est projetée sur le sol. La chute est violente. Sa tête heurte le bitume et elle entre dans le coma. Deux semaines après, elle rend l’âme.

Autre agression sur une habitante de Pamplemousses. Nous sommes le vendredi 16 juin. Cette vieille dame de 82 ans reçoit la visite des bandits chez elle. Elle est ligotée et brutalisée. Les malfrats s’emparent de ses bijoux. Heureusement pour elle (je me permets de dire heureusement ici) qu’elle n’a pas été tuée. Elle se libère et alerte ses voisins. Elle est admise à l’hôpital pour traitement.

Les vieilles personnes sont les proies faciles pour les bandits. Certains trouvent que les autorités, ou la police ne peut être partout à la fois pour escorter les gens. En d’autres mots, un gouvernement ne peut jamais prévenir les crimes. Ainsi il faut laisser aller les choses comme elles sont. Ils attaquent, sont arrêtés par la police, passent en cour, sont condamnés et purgent une peine de prison. A leur sortie le même cycle reprend. Ils sont légion, ceux qui ont fait de la prison leur « lacase mama » La prison n’a jamais vraiment changé les gens. Ceux qui sont condamnés pour violence ou vol n’ont jamais cessé de récidiver. Les statistiques nous ont démontré que seulement ceux qui ont commis des délits civils, tels que fraude financières ou administratives, sont plus enclins à se réhabiliter après leur détention. Pour les criminels ou agresseurs avec violence, leur réhabilitation n’est pas pour sitôt.

En attendant les victimes ou proches des victimes continuent à en faire les frais. Les défendeurs des droits de l’homme crient sur les toits qu’il ne faut pas appliquer la peine de mort. Ils veulent à tout prix protéger la vie des criminels. N’y a-t-il personne pour crier haut et fort qu’il faut protéger la vie des innocents qui marchent sur la rue ? Toujours protéger les coupables et ne jamais penser aux victimes ? Qui pourra jauger le trauma qu’a vécu cette innocente vieille dame qui a passé un sale quart d’heure aux mains de ses assaillants ? Attaquée, battue, ligotée et volée. Combien elle a dû souffrir, alors que ses assaillants seront envoyés en prison pour quelques temps, où ils seront logés, nourris et blanchis avec les deniers des contribuables, sans compter ceux de leurs propres victimes.

A en rire ou à en pleurer ? Et ces délinquants qui font le va-et-vient en prison, sont-ils vraiment affectés par leur détention ? Souffrent-ils vraiment de ce manque de liberté ou ils en prennent plaisir ?

En attendant, nos proches, jeunes ou vieux, subissent des agressions dans leurs maisons ou sur la rue, et les défendeurs des droits de l’homme s’en frottent les mains.

La société moderne prescrit, pour les coupables, un accompagnement psychologique et du counselling. Ils affirment qu’il faut leur donner une deuxième chance dans la vie. Vous avez raison. Donnez-leur une deuxième chance pour voler, agresser et tuer. Laissez aux innocents la seule chance qui leur reste : celle de subir et contribuer à nourrir nos détenus agresseurs.

Le gouvernement actuel disait qu’il était pour la peine capitale concernant les criminels à faute grave. A l’époque, le PMSD était l’obstacle majeur de cette proposition. Aujourd’hui les Bleus broient du noir. Qu’attend la majorité gouvernementale pour mettre son plan à exécution ?

To Top