Blog

Ramadhan 2017: Comment en profiter pleinement?

Ramadhan 2017: Comment en profiter pleinement?

Notre pays est bien loti, avec une multitude de communautés, de croyances, de races et d’ethnies qui fait baver les autres pays mono-culturelle. Ici les fêtes religieuses et périodes de carême n’en finissent pas. Nos concitoyens de foi chrétienne viennent de terminer leurs 40 jours de sacrifices qui a culminé en la célébration de pâques. Et voilà que nos frères et sœurs de foi islamique vont bientôt entamer leurs périodes de jeûnes qui devraient débuter entre le 28 ou le 29 mai prochain.

De quoi est fait le jeûne des musulmans ?

Selon les enseignements coraniques et les exemples du St Prophète (pssl), le jeûne doit être observé dans sa toute simplicité. C’est un mois de sacrifice et d’abstention. Même si ce mois est sacré et requiert un maximum de dédication à la prière, à aucun moment il n’est dit que le musulman doit déployer les grands moyens, que ce soit en terme de nourriture ou d’autres facilités matérielles. St prophète (pssl) la vie du musulman pendant le mois du Ramadhan continue comme de routine, sauf qu’il est tenu d’observer le jeûne dans toute sa rigueur, d’offrir un maximum de prières et de se consacrer beaucoup plus à la chose spirituelle, contrairement aux autres mois de l’année. Ce mois de sacrifice, selon les préceptes islamiques, est semblé donner au croyant un nouvel élan, une meilleure pratique à s’abstenir des mauvaises habitudes pour les jours à venir, quand le mois de carême sera terminé.

Faut-il un Task Force du gouvernement pour le faire ? Les musulmans de Maurice ont-ils besoin d’un comité interministériel pour qu’ils puissent tirer le maximum de bénéfices spirituels de ce mois sacré ? Nos politiciens sont là pour tirer le maximum du capital politique dans certaines circonstances. Nous ne sommes pas là pour blâmer les politiciens, surtout qu’à Maurice chaque occasion est bonne pour amadouer les différentes communautés afin de garantir un maximum de votes aux prochaines élections. C’est, comme on dit, de la bonne guerre. Mais nos compatriotes de foi islamique aurait dû être au-delà de cette équation, sachant que le St prophète a bien établi les règles et les lois concernant le mois béni du Ramadhan. Pendant ce mois, comme on nous l’a instruit, aucune besoin de frasques, de préparations surdimensionnées ou de dépenses additionnelles pour répondre présent à l’appel du créateur pour ce mois de sacrifice. Même concernant la nourriture, il n’a jamais été question de consommer des plats plus spéciaux. Les objectifs de ce mois de carême sont trop nobles et purs pour encombrer les croyants avec des étalages de formalités et de dépenses.

Un autre système qui est mis en place pendant ce mois, concerne le placement d’un policier aux abords de chaque mosquée pendant les prières du soir. Pourquoi un tel dispositif ? Même après le carême il y a des prières le soir dans chaque mosquée, et pourtant tout se passe bien, même sans la présence d’un policier. La prière spéciale de ce mois, appelée le Namaz Tarawi, se fait assez tôt, surtout en cette période hivernale. A Maurice les différentes communautés vivent en parfaite harmonie et jusqu’ici nous n’avons témoigné d’aucun débordement après ces prières du soir. Pourquoi un policier devant les mosquées ? N’est-ce pas un gaspillage d’effectif ?

La communauté musulmane devrait se ressaisir et puiser de ce mois toutes les bénédictions possibles, selon les enseignements islamiques et laisser de côté les pratiques ostentatoires inutiles. Au lieu de chercher la bénédiction des politiciens, nous ferions mieux de chercher la bénédiction divine à travers ce mois béni, en respectant les normes, les instructions et les exemples de notre bien aimé prophète (pssl).

To Top