Actualités

Être pompier, un métier certes mais une vocation avant tout !

Être pompier, un métier certes, mais une vocation avant tout

Nous célébrons en ce jeudi 4 mai la Journée internationale des pompiers. Maurice compte environ 800 pompiers et une centaine sont actuellement en formation.

Leur devise  :« Take unreasonable risk to save life », c’est-à-dire ne pas mesurer les risques avant de sauver une vie. Ou encore« take reasonable risk to save property. » C’est-à-dire de mesurer les risques avant d’essayer de s’introduire dans un bâtiment en feu.

Mais être pompier, c’est avant tout une vocation, comme nous l’explique Dorsamy Ayacootee, Divisional Fire Officer. « Nous sommes appelés à travailler dans des zones à risque. » Il parle ici de bâtiments en feu, des accidents de la route ou même sur des lieux où des produits chimiques se sont déversés. « Nou travay dan bann kondition difisil, » souligne-t-il.

Le Divisional Fire Officer explique aussi qu’il est vrai qu’ils sont protégés par divers équipements mais qu’il y a surtout des formations qui les aident à œuvrer dans les pires conditions. Il précise que les pompiers sont formés physiquement et moralement pour qu’ils puissent faire face à n’importe quelle situation. Les soldats du feu doivent faire face à des scènes horribles, notamment des gens en sang ou des cadavres brûlés au troisième degré. « Il faut que nous nous préparions physiquement et psychologiquement, » souligne Dorsamy Ayacootee.

De plus, il n’oublie pas de dire quelques mots pour ceux qui souhaiteraient porter cet uniforme. Quand on est pompier, on l’est 24 heures sur 24 et 365 jours sur 365. « C’est un engagement qu’on prend quand on choisit ce métier», dit-il.

Un jeune doit savoir qu’en devenant pompier, sa mission serait de sauver des vies et les propriétés. « Il faut que ces jeunes aient cela en tête, » fait-il ressortir. Ils doivent avoir une vocation humaine.

Dorsamy Ayacootee ajoute aussi que c’est un métier noble et intéressant. « C’est un métier apprécié dans le monde et même à Maurice », ajoute-t-il.

Pour la petite histoire, tout a débuté le 4 janvier 1999 où quatre pompiers sont tués dans un feu de forêt en Australie. Le jour de la Saint-Florian, soit le 4 mai, est alors choisi pour célébrer les soldats du feu. Saint Florian est un martyr autrichien. Il est considéré en tant qu’un des saints patrons de la Pologne et aussi des pompiers.

To Top