Blog

Financement des partis politiques: Sincérité ou hypocrisie des politiciens ?

Financement des partis politiques: Sincérité ou hypocrisie des politiciens ?

Le leader de l’opposition a interpellé le Premier ministre ce mardi concernant la corruption et, dans son sillage, le financement des partis politiques. On se demande si cette issue doit relever des politiciens en service, des politiciens qui ont fait leurs preuves pendant plusieurs élections générales, des politiciens qui connaissent à fond le rouage financier d’une campagne électorale. Ce serait plus apte à un simple citoyen de demander un tel débat, et, éventuellement, un contrôle assidu des dépenses y relatives.

Là où le bât blesse, c’est quand Xavier Duval demande que la loi soit amendée pour que les dépenses des partis politiques soient passées au crible pendant les campagnes électorales. Comme leader honnête d’un grand parti qu’est le PMSD, Xavier Duval aurait dû, de prime abord, déposer à l’Assemblée Nationale, des informations détaillées sur les dépenses de son parti aux dernières législatives de 2014. Ce serait fort honorable pour l’honorable leader parlementaire de produire ses livres de dépenses en moindres détails, ce qui pousserait les leaders des autres partis à faire le même.

Nous savons tous, et Xavier Duval fait bien partie de ce « tous », que les dépenses pour une campagne électorale sont quasi impossibles à être contrôlées. On pourra mettre un seuil financier et ce seuil sera rigoureusement respecté. Mais l’affaire ne s’arrêtera pas là. Il y aura aussi des dessous de table ou des « volontaires » qui feront des dons sous l’anonymat, des dons non contrôlés et qui rapporteront gros, une fois ses protégés au pouvoir.

Il n’y aura aucune loi empêchant un individu à aider les autres, surtout quand l’aide n’est pas financière… Quand on sait que pendant une campagne électorale, il n’y a pas que l’argent qui compte ! Aux grands maux les grands moyens, aux grands partis les grandes dépenses.

De toute façon, afficher les dépenses en toute transparence fera mal aux grands partis qui aspirent au pouvoir et qui ont la côte… Et c’est toujours ces mêmes partis qui doivent venir avec les lois. Ils ne sont pas assez cons pour creuser leurs propres tombes.

Quand on évoque une loi pour contrôler les dépenses électorales, un parfum d’hypocrisie flotte dans l’air. Le mois dernier, le Reform Party de Roshi Badhain organisait un grand rassemblement. Inside News l’avait interrogé concernant les dépenses encourues pour une telle organisation. « Je n’ai pas les chiffres en tête. Il faut demander à mon collaborateur. C’est lui qui a les détails, » nous a répondu Roshi Badhain. Cela a été surement un gros chiffre pour que le jeune Badhain en oublie les détails.

Un grand du barreau mauricien avait dit que la loi est faite pour être violée par ceux qui le savent. Et nous savons combien de génies nous avons qui savent contourner les lois, surtout pour justifier les dépenses électorales. Rien ne nous arrête vers le chemin de la victoire, le chemin du pouvoir, le chemin vers l’amassement sans dépenses.

 

To Top