Blog

Ki position l’opposition ?

Ce mardi: Arrestations des policiers, délits de drogue,licences de la GRA et rapport sur Air Asia au menu

Ki position l’opposition ?

La rentrée parlementaire s’approche à grands pas et le leader de l’opposition doit affuter ses armes. C’est sûr que Xavier Duval va assumer son poste avec latitude, prenant soin de bien préparer ses missiles. Les PNQs ne manqueront surement pas, tant l’honorable leader de l’opposition s’est acharné contre l’actuel régime. Mais les armes que Xavier Duval affute doivent être peu acérées, de peur qu’elles se retournent contre lui à tout moment.

Depuis décembre 2014 le PMSD s’est mis du côté de l’alliance Lepep corps et âme. Combien de fois le leader des Bleus n’est-il pas venu clamer haut et fort que ce gouvernement means business…..ce gouvernement fera de la politique autrement….ce gouvernement ne suivra pas les pratiques de l’ancien régime qui prônait une politique de gaspillage. Jusqu’à son départ du pouvoir dans le sillage du Prosecution Commission Bill, Xavier Duval n’avait trouvé rien à dire ou à redire sur les pratiques gouvernementales. Soudain des petits paquets de biscuit l’intéressent, tant et si bien qu’il en ramène pour exhiber lors de sa conférence de presse.

Ce sera la première fois qu’il va agir comme leader de l’opposition devant le gouvernement Lepep. Depuis son élection, il a fait partie intégrante de ce même gouvernement qu’il va critiquer dès la rentrée. Qui va-t-il critiquer ? S’il trouve des maldonnes au gouvernement jusqu’aux dernières vacances parlementaires, il devrait faire de l’auto critique, puisqu’il était lui-même Deputy Prime Minister. En tant que tel, il devait surement savoir que des contrats ont été alloués illégalement, que des biscuits étaient vendus à des prix exorbitants, qu’Alvaro Sobrinho est un investisseur étranger….ou encore que la police prend trop de temps dans ses enquêtes, surtout concernant les accidents fatals.

Mais la population qui lui avait fait confiance en décembre 2014 attend mieux que ça. Hier il était avec eux, full fledge Deputy Prime Minister, aujourd’hui osera-t-il les blâmer ? Osera-t-il bruler ce qu’il a adoré ?

Xavier Duval avait parfaitement le droit légitime et moral de démissionner du gouvernement, mais il ne faut pas qu’il se couvre de ridicule en critiquant ce qu’il avait lui-même soutenu. Lui qui disait toujours « resiltat lor resiltat », ce serait ballot aujourd’hui,  de faire preuve de « ridikil lor ridikil »

Si le coq va chanter d’une voix rauque, ce n’est pas la peine. Il ne va pas réveiller ceux qui dorment de sommeil profond. Au contraire, en nous réveillant, nous aurons l’impression que nous avions fait un cauchemar dans lequel notre coq peine à faire trembler la bassecour.

Le coq aurait mieux fait de laisser parler le cœur !

To Top