Blog

Politique : L’opposition pourra-t-elle faire face à la majorité gouvernementale ?

Ce mardi: Arrestations des policiers, délits de drogue,licences de la GRA et rapport sur Air Asia au menu

Politique : L’opposition pourra-t-elle faire face à la majorité gouvernementale ?

Pour la première fois à Maurice, le parlement sera divisé sur toute la ligne, tant du côté de l’opposition que du gouvernement. Pour la majorité au pouvoir, un tiers de l’alliance Lepep s’en est allé, avec le départ du PMSD. Toutefois, les deux partenaires qui restent, le MSM et le ML, affirment une solidarité à toute épreuve.

Mais ici, encore, la grogne semble animer quelques-uns de ses membres, à l’instar des Jehangheer, Ruthna, Fowdur ou Rughoobar. On se rappelle que dans un passé pas trop lointain, ces élus se sont élevés contre certaines décisions du gouvernement, même s’ils y font partie. Bashir Jahangeer s’en était pris au ministre Collendavelloo concernant les dossiers relatifs au CEB ou à la CWA.  Il venait aussi, tout récemment, d’exprimer sa frustration du fait qu’il n’a pas été nommé lors des derniers remaniements. Quant à Ravi Ruthna, il avait pris de court la ligne de la majorité en affirmant que le Prosecution Commission Bill visait en partie le Dr Navin Ramgoolam. Depuis, il s’est effacé de la scène politique active. La prochaine rentrée parlementaire devrait nous éclairer un peu plus sur leurs intentions, ou encore, leurs décisions quant à leur avenir politique.

Du côté de l’opposition, la situation semble encore plus confuse. Il semble qu’il n’y a pas unanimité quant à leurs actions parlementaires. Une preuve tangible serait le mouvement de protestation concernant le passage du pouvoir à Pravind Jugnauth. Le Ptr était à l’avant plan, rejoint timidement par le PMSD. Le MP était absent, ainsi que les députés flottant en indépendant.

Un autre cas de figure interpelle. Xavier Duval, leader de l’opposition. Certains affirment qu’il n’aurait pas dû prendre ce poste. Lui-même ancien numéro deux du gouvernement, comment pourrait-il pointer du doigt les décisions ou la politique gouvernementale dans son ensemble ? Ne sera-t-il pas ridiculisé par ses pairs au parlement ? Surtout quand on sait qu’il est parti seulement sur des différends autour du Prosecution Commission Bill. Concernant les autres décisions du gouvernement, il n’avait rien à dire. Que trouvera-t-il à redire aujourd’hui ?

Interrogé sur cette configuration, le député Reza Uteem a affirmé à Inside News que la stratégie du PMSD n’affectera aucunement le MMM comme parti de l’Opposition. D’ailleurs, il déclare qu’il n’y a aucune coalition entre les différentes composantes de l’opposition, même s’il affirme que l’opposition dans son ensemble n’est pas décousue. Il dit que, selon les dispositions démocratiques, les députés de l’opposition doivent consulter le Chief Whip de l’opposition selon les procédures.

Reza Uteem affirme qu’il faut attendre la reprise du parlement pour voir comment les choses évoluent, surtout par rapport à la prise de position de Xavier Duval et du PMSD dans son ensemble. Mais il dit avec force que le MMM ne va pas appliquer du soft pedal.

La prochaine configuration au parlement apportera une nouvelle image. Avec un nouveau premier ministre, un nouveau leader de l’opposition, un Paul Bérenger en simple député, des élus flottants tels que Danielle Selvon ou Kavi Ramano, la population est impatiente de voir ce que cela va donner.

 

To Top