Blog

Opinion: Une course d’exception !

Opinion: Une course d’exception !

Opinion: Une course d’exception !

S’il y a un mois au Champ de Mars où les attentions sont braquées plus sur les hommes que sur les chevaux dans le monde hippique, c’est bien février. L’assemblée générale élective du Mauritius Turf Club reste donc la première course de toute nouvelle saison. Cette année n’est pas différente à ses devancières. Mais elle est bien plus intéressante que les élections de 2015 et 2016 et ce rien, qu’avec la présence d’un homme, Gilbert Merven, sur la liste des candidats. La retraite de ce dirigeant à la Rue Madame a été éphémère. Le Champ de Mars lui manque et il a décidé de faire come-back, surprise pour certains, logique pour d’autres.

Surprenant parce que le retour de Merven n’était pas attendu après le rapport Parry sur les courses en mars 2015 et on prend la peine de citer le paragraphe (5) du chapitre 4 qui se lit comme suit : «Following the formal evidence-gathering sessions of the Inquiry, the Commission concluded, on the basis of the evidence and information received so far, that there was prima facie evidence that certain persons may have committed, and continued to commit, criminal offences against section 146 of the Gambling Regulatory Authority Act and that there was maladministration, bordering on ‘institutional corruption’ within the Mauritius Turf Club that perpetuated an environment in which suspected criminal activity was allowed to flourish. »

Logique après le jugement de la Cour suprême le 10 novembre 2016. Le Chef juge Keshoe Matadeen et le juge N. Devat avaient conclu que les trois assesseurs de la Commission d’enquête, instituée par l’ancien Premier ministre, le Dr Navin Ramgoolam, ont été « wrong in law ». Le verdict se lit comme suit: « The applicant’s complaint is justified, the more so as the respondents have in the initial part of their Report stated that they have considered various pieces of legislation, including the Prevention of Corruption Act 2002. In the circumstances and in the light of the decision of this Court in Gopee v Sir Maurice Rault and Anor [1987 MR 181], we declare that the respondents were wrong in law in making the finding they did in paragraph 5 of Chapter 4 of their Report. »

Retour donc à l’avant-plan de la scène hippique d’un ancien président sérieusement contesté durant son dernier mandat. D’ailleurs devant l’assemblée du MTC en février 2015, il avait tenu ce discours: « …A ces éléments est venu s’ajouter un autre, tout aussi regrettable mais nuisible, qui a pris des proportions démesurées : le dénigrement systématique du MTC, de son équipe dirigeante, des courses, des officiels, des décisions prises…mais on ne peut passer sous silence la décision de l’ancien gouvernement de mettre sur pied une commission d’enquête sur les courses, et dont le rapport se fait toujours attendre. En attendant d’en connaître les conclusions, je note avec regret que cette décision a été présentée de façon systématique par les détracteurs acharnés du MTC comme une mesure punitive assortie, par moments, de menaces contre les dirigeants du MTC. Dans de telles conditions, dans un tel climat de dénigrement des courses et du MTC, on ne doit pas s’étonner que l’industrie hippique connaisse tant de difficultés. »

Sans aucunement vouloir caresser Gilbert Merven dans le sens du poil, on dira que c’est son droit le plus légitime de se porter candidat aux prochaines élections. Oui, il a été maintes fois pointé du doigt alors qu’il occupait le siège de président du MTC. Mais il s’est défendu. Le MTC a gagné en cour mais le jugement, le vrai sur le terrain, sera dans ces élections face à ses membres. Est-ce que Gilbert Merven a encore la cote dans son club? Seuls les membres nous donneront la réponse le 21 février.

Le ton était donc donné pour une de ses campagnes agressives qui ont fait plus de tort que de bien aux courses. Gilbert Merven ne va pas se contenter que d’une place sur le Board. Il vise le poste qu’il avait délaissé en février 2015. Une ambition ouvertement affichée d’un autre membre du Board, Mukesh Balgobin, pour le siège de président, nous garantit d’entrée une farouche bataille. Qui ne souvient pas de cette assemblée houleuse de février 2009, qui avait résulté à la suspension de deux enfants de Mukesh Balgobin. Gilbert Merven occupait alors la présidence du club. Est-ce que la hache de guerre a été enterrée entre Merven et Balgobin, ou est-ce que cet incident sert de sujet de campagne à l’un ou pour l’autre ? En cette année 2017, les ingrédients n’ont pas manqué. Deux hommes pour le poste de président, retrait d’un candidat sans aucune raison apparente, deux candidats avec les mêmes surnoms et pour finir l’intervention, ou si vous voulez l’ingérence, de la Gambling Regulatory Authority. La campagne a été véritablement lancée par le show GRA!

L’instance de la Newton House s’en mêle pour contester la candidature de Frantz Merven, proche de l’équipe Balgobin. L’instance régulatrice des courses est d’opinion que “since Mr Frankz Merven is the owner of Merven Frères Ltée, trading under the name of Badinage Merven, which is a licencee of the MTC, he cannot stand as a candidate to be appointed as Administrator of the MTC”. Le Mauritius Turf Club sur avis légal a décidé de résister…choisissant ainsi la voie de la confrontation. Pour une fois et avec raison probablement. Mettons bien les choses à leurs justes perspectives. On reconnaît que la GRA a un droit de regard sur tout ce qui touche sur les jeux à Maurice. A ce titre tout ce qui concerne les courses doit nécessairement l’interpeller. Est-ce que le déroulement d’une assemblée générale relève de jeu du hasard ? N’est-ce pas le rôle du MTC et du Registrar of Associations de décider s’il y a conflit d’intérêt dans le cas de Frantz Merven, propriétaire de la loterie Merven et candidat aux élections ? La décision du MTC fait date, car c’est bien la première fois dans l’histoire que le MTC a dit non à la GRA. Si la résistance du MTC se traduit par la volonté de garder son indépendance et son autonomie, c’est légitime.

Mais que cette liberté de penser et d’agir ne fait pas repousser les ailes du démon. Bref, à moins d’une semaine de la tenue de la réunion, tout se passe dans les coulisses. Et nul ne sera étonné si la GRA en prend pour son grade et qu’une alliance inexpliquée et inexplicable intervienne. Comme quoi au Champ de Mars, aucune course n’est courue d’avance.

 

To Top