Actualités

Consommation : Psychose autour des produits en conserve thaïlandais « contaminés » par le virus du SIDA

Consommation : Psychose autour des produits en conserve thaïlandais « contaminés » par le virus du SIDA

Les réseaux sociaux ont une face obscure qui peut faire très mal quand des messages, voire rumeurs ou canulars, se diffusent de manière virale. C’est le cas de cette information selon laquelle des produits en conserve en provenance de la Thaïlande seraient contaminés par le virus du VIH. Ce message circule comme une traînée de poudre sur les plateformes telles WhatApps, Viber et Facebook depuis quelques jours, au point de créer une psychose chez de nombreux Mauriciens. Le mot clé dans l’histoire : Radio 1 Fm. Pour beaucoup à Maurice, c’est la radio privée locale (R1) qui aurait diffusé cette information. Or il se trouve que cette radio (Radio 1 Fm/ou Pattaya Radio 1) opère en Thaïlande. Inside News a fait sa petite enquête.

Six messages similaires en un jour sur ma messagerie WhatApps. « T’as vu ça. Il faut faire attention… » : –

« Radio 1 fm announced that thai govt confirmed:

Emergency notification: do not eat canned food especially those canned fruits manufactured in Thailand. There were 200 over hiv carriers instructed by their leader to contaminate the products of the canned food factory with their blood.

The information was confirmed by the government this morning. In order not to let the people get infected after eating, many types of canned food such as longgan, lychee, rambutan and mango pudding had been removed from the shelves of supermarkets.

Please send to people you care. Prevention is better than cure! Please don’t take canned food from Thailand. Pls take note ! »

Depuis hier, c’est le « talk » du jour, car le deuxième mot clé dans le message’, à part Radio 1 Fm, est « supermarkets », où ces mêmes produits sont enlevés des étagères des grandes surfaces. Suffisant pour vous attaquer psychologiquement et vous contraindre d’aller vérifier dans votre stock de provision si ce type de produits en provenance de la Thaïlande s’y trouve.

Inside News, dans un souci de responsabilité vis-à-vis de ses lecteur, a fait une petite enquête pour en savoir plus. Il se trouve en effet que c’est à la fin de 2016 que la rumeur a commencé à se répandre, prétendant que le gouvernement thaïlandais avait émis un avertissement sur les aliments en conserve qui auraient été contaminés par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH).

Les exemples reproduits ci-dessus ont circulé à la fois sur Facebook et sur des plateformes de personne à personne telles que Viber et WhatsApp. Bien que la provenance de la revendication reste floue, la rumeur ressemble à un ancien message similaire diffusé deux ans plus tôt. Des messages similaires ont également été diffusés au en Malaisie en 2013. Les officiels du gouvernement thaïlandais avaient ainsi confirmé que c’était un canular « sans preuves crédibles ».

Les autorités thaïlandaises avaient indiqué dans un communiqué officiel que les produits en conserve thaïlandais ont été « inspectés minutieusement et certifiés selon les normes internationales avant d’être mis sur le marché et expédié sur dans d’autres pays. « Le traitement thermique pendant la méthode de traitement éliminera tous les microbes nuisibles et d’autres virus qui peuvent exister », devaient-elles préciser.

Enfin, pour info, le virus VIH a besoin d’une cellule hôte humaine pour vivre et il ne vit pas longtemps à l’extérieur du corps humain. Par conséquent, il n’est pas possible que les produits en conserve soient contaminés !

Autre fait à souligner, selon des statistiques émis le 15 décembre 2016, après l’Afrique subsaharienne, l’Asie et le Pacifique sont les région avec le plus grand nombre de personnes vivant avec le VIH, avec la Thaïlande environ 9 %.

Des allégations similaires sur les activités à faible risque menant à l’infection par le VIH ont également circulé pendant des décennies. Les anciennes versions impliquent une manipulation malveillante avec des pompes à gaz, des distributeurs de ketchup imprégnés du virus et des pizzas délibérément contaminées par des fluides corporels infectés.

To Top