Sport Local

Philippe Hao Thyn Voon (Président du COM): « Je n’ai pas d’adversaire… »

Philippe Hao Thyn Voon (Président du COM): « Je n’ai pas d’adversaire… »

Philippe Hao Thyn Voon (Président du COM): « Je n’ai pas d’adversaire… »

C’est un Philippe Hao Thyn Voon en mode ‘festif’ de fin d’année qu’Inside News a rencontré dans ses bureaux de Riche Terre vendredi matin. Le président du Comité olympique Mauricien (COM) parle des défis du sport local et évoque surtout les conflits qui rongent le mouvement sportif et bien entendu les prochaines élections du comité qu’il préside. « Je n’ai pas adversaire… ». C’est un PHTV confiant qui abordera l’année 2017.

Quels sont les enseignements que vous tirez de l’année 2016 pour le mouvement sportif local?

Indéniablement, les Jeux olympiques ont été le point d’orge de l’année 2017 pour les sportifs mauriciens. Il est vrai qu’aucun athlète mauricien n’est monté sur le podium, mais certains ont réalisé de belles performances à Rio, à l’image de Kate Foo Kune et de Kennedy St Pierre. On ne pouvait demander mieux à nos sportifs.

“Le représentant de la Fédération mauricienne de Judo a monté les athlètes contre le COM. Un incident que je considère comme une incitation à la révolte”

Mais on ne peut en dire autant pour nos dirigeants !

Si vous parlez de l’affaire de Josian Valère, oui, on a été confronté à quelques problèmes administratifs. Ce qui s’est passé est simple. Le représentant de la Fédération mauricienne de Judo a monté les athlètes contre le COM. Un incident que je considère comme une incitation à la révolte. Il a créé la zizanie entre les membres de la délégation mauricienne. Il a été averti deux fois avant que nous ne prenions la décision de la conduire à l’aéroport.

A-t-il été expulsé du Brésil ou pas ?

Oui, il a été expulsé par la direction de Club Maurice.

Quid d’un bilan des sportifs mauriciens dans des compétitions internationales?

Si nous avons pu tirer notre épingle du jeu dans disciplines individuelles, on est toujours à la traîne dans les sports collectifs comme le volley-ball, le basket-ball, voire même le football. Nous sommes encore comme des bébés. Le fossé est énorme entre le niveau local et celui d’Afrique. Même au niveau régional, nous parvenons difficilement à nous imposer. J’analyse ici les performances de nos équipes à la Coupe des Champions de l’océan Indien de volley ou de basket-ball. Si nous ne mettons pas les moyens financiers à la disposition de ces fédérations, comme le font certains pays d’Afrique, si nous n’adoptons pas le semi-professionnalisme pour ne pas dire professionnel rapidement, ce sera, dans le futur encore plus dur pour les athlètes mauriciens  de percer sur la scène internationale. Le fossé va se créer davantage.

Les Jeux des îles seront à Maurice en 2019. Comment le COM se prépare-il à accueillir cette compétition ?

C’est une compétition que nous devons préparer avec tout le sérieux possible et nous avons devant nous un peu plus de deux ans. Mais il faut bien savoir que nous ne sommes pas directement concernés par l’organisation des JIOI.  Le rôle de COM est d’assurer la formation des entraîneurs et cadres et aider les athlètes. Il est clair qu’à la base que nous offrons des bourses à des athlètes de haut-niveau, mais directement tout ce qui à l’organisation, relève du ministère de la Jeunesse et des Sports et des fédérations concernées. Le comité organisateur a aussi ses responsabilités.

“Si nous travaillons et faisons les choses comme il se doit, je dirais qu’on peut remporter les prochains JIOI. Il faut être stratégiques dans nos objectifs.”

Restons dans ce même contexte et en prenant comme base les performances de la dernière édition à la Réunion, pensez-vous que les athlètes locaux peuvent faire mieux à Maurice en 2017 ?

Si nous travaillons et faisons les choses comme il se doit, je dirais qu’on peut remporter les prochains JIOI. Il faut être stratégiques dans nos objectifs. Le Gouvernement et le COM ont la même ambition que celle de remporter pour la première fois de notre histoire les Jeux de 2017, mais nous devons mettre le paquet. Le MJS qui est le principal sponsor du sport local devra dépenser beaucoup plus. Il devra peut-être doubler, voire tripler l’actuel budget. On sait à titre d’exemple pour les Mauriciens, l’or en football symbolise le succès du Club M. C’est pourquoi je dis qu’il nous fait être de bons stratèges.

Justement, est-ce que le MJS joue le jeu ?

Nous avons fait beaucoup d’efforts pour amener les prochains Jeux à Maurice. J’ai eu personnellement des réunions avec le ministre des Sports et à l’issue desquelles je peux affirmer que j’ai obtenu des garanties que le Gouvernement va investir pour ces Jeux. D’ailleurs, l’État va construire un nouveau complexe. Les fédérations, qui ont plus d’autonomie avec les prochaines dispositions de nos législations sportives, devront se mettre en diapason pour se préparer en conséquence. Il faut bosser.

Parlant justement de la Sports Act Sawmynaden. Votre avis sur le sujet ?

Faisons un résumé de la situation. La Sports Act de 2013 n’a pas eu l’effet escompté et n’a même pas pu être activé. À l’exception de celle d’athlétisme, aucune fédération locale n’a pu respecter les critères imposés par cette loi. Devant ces faits et vu qu’une quarantaine de fédérations sportives se trouvaient dans l’illégalité, le gouvernement est venu en avant avec une nouvelle loi qui est beaucoup plus souple. Il faut comprendre que selon nos législations actuelles, un dirigeant sportif peut se retrouver en prison pour ne pas avoir soumis de comptes. J’accueille donc favorablement les nouvelles dispositions de la loi.

Vous avez toujours milité pour que l’État ne s’ingère pas dans les affaires des cédés. La clause de dissolution du comité directeur qui ne fonctionne pas par un officier du MJS, ne pose-t-elle question pour le COM ?

En effet, il y en a une, soit celle ayant trait à un officier du MJS qui peut dissoudre une fédération si celle-ci ne fonctionne pas comme il le faut. Je pense que le plus grand bailleur de fonds du sport a son mot à dire si une fédération qu’il finance directement ne fonctionne pas comme il se doit. Mais il est bon de préciser que rien ne sera fait sans la collaboration du COM. Les gens me connaissent assez. Si le besoin se fait sentir pour dire les choses, je le ferais.

Nous avons constaté que cette année une recrudescence dans les conflits internes des fédérations. Vos commentaires…

C’est juste une question de pouvoir. C’est le mot-clé de tout conflit qui ronge certaines de nos fédérations cette année encore. Certains autres sont affectés par des problèmes administratifs. Je prendrais comme exemple le judo ou les clubs ont perdu leur enregistrement auprès du Registrar of Associations et se sont retrouvés du jour au lendemain ‘illégaux’. Je ne voudrais pas être méchant, mais je pense que cette situation est due à une négligence. La Fédération aurait dû veiller à ce que ses clubs renouvellent leur enregistrement.

Philippe Hao Thyn Voon (Président du COM): « Je n’ai pas d’adversaire… »

“Je suis toujours en campagne. Je n’attends jamais la veille des élections pour me mettre en campagne”

Voulez-vous dire que c’est un acte délibéré de la Fédération de Judo ?

Je me tiendrais à de la négligence. Ajouté à cela,je ne comprends pas comment ces clubs n’ont même pas été avertis qu’ils allaient perdre leur licence. Plusieurs clubs de différentes fédérations ont connu le même sort. J’ai dû personnellement intervenir pour qu’arrête le massacre. On est dans un pays civilisé. Ceux, qui dirigèrent, doivent des fois faire preuve de souplesses. Je dis qu’il faut au moins donner une chance aux clubs de se mettre en règle avant d’appliquer la guillotine. J’ai noté un changement d’attitude et c’est tant mieux pour les clubs sportifs.

Les problèmes que vous avez évoqués ont certainement eu des incidences sur les élections des différentes fédérations, n’est-ce pas ?

Certainement.

Ce qui aura aussi des incidences sur les élections du COM en début de l’année prochaine?

C’est certain qu’il y a eu des répercussions sur les élections fédérales. Des dirigeants qui étaient là durant de nombreuses années disparaissent ainsi d’un trait de plume. Pour répondre directement à votre question, je dirais oui.

Inside News a noté votre présence remarquée à deux récentes assemblées générales électives de fédérations, soit le volley-ball et l’athlétisme. Peut-on en conclure que vous êtes en campagne en vue des élections du COM ?

Je suis toujours en campagne. Je n’attends jamais la veille des élections pour me mettre en campagne.

Donc, vous confirmez que vous serez candidat à votre propre succession en mars prochain, pour un 3e mandat?

Un grand oui comme réponse.

“Que cessent les conflits internes dans les fédérations…Les conflits tuent le sport”

Qui sera, selon vous, votre adversaire principal?

(Réflexion) Je n’ai pas d’adversaire.

Vous semblez très confiant.

Non, je veux dire, aucun adversaire ne s’est manifesté jusqu’à présent.

Que souhaiterez-vous à la communauté sportive à quelques heures de l’année 2017 ?

Que cessent les conflits internes dans les fédérations. Plus de compétitions. Mettons un peu de vin dans l’eau des athlètes qui en ont vraiment besoin. Les conflits tuent le sport. J’en profite pour souhaiter aux athlètes, dirigeants, et le peuple une bonne et heureuse année 2017.

Latest stories

To Top