Actualités

Sir Anerood Jugnauth, à Rivière-du-rempart : « Bondié tout seul ki pou konné si mo pou enkor PM en 2017 »

Sir Anerood Jugnauth, à Rivière-du-rempart : « Bondié tout seul ki pou konné si mo pou enkor PM en 2017 »

Sir Anerood Jugnauth, à Rivière-du-rempart : « Bondié tout seul ki pou konné si mo pou enkor PM en 2017 »

C’est un Sir Anerood Jugnauth très ému qui s’est adressé à l’audience vendredi après-midi à l’occasion du lancement de la National Youth Policy 2016 dans son « fief » à Rivière-du-Rempart. En remémorant son enfance et sa jeunesse, ainsi que son entrée dans la politique, on a eu un SAJ par moment émotionner allant jusqu’à avoir les yeux humides.

Face à la presse, le Premier Ministre a expliqué l’émotion ressenti lors de son discours : « mon enfance n’a pas été facile, et en regardant tous ces jeunes présents aujourd’hui, je me souviens de ma jeunesse ».

En outre, Sir Anerood Jugnauth a aussi donné la réplique à ses détracteurs qui affirment que son gouvernement n’a rien fait en deux ans depuis que l’alliance Lepep est au pouvoir : « Ou ki bizin gete ek pa blie akot sa pei la ti arive ! » Il a aussi égratigné Navin Ramgoolam, en disant que ce dernier ne fait que mentir une nouvelle fois à la population, « il ne faut pas que le peuple soit duper par les excuses de Navin Ramgoolam ! ». Il demande d’ailleurs la patience de tous, « cela ne fait qu’à peine deux ans que mon gouvernement est en poste, attendez un peu, vous verrez le résultat ! ». En ce sens, le chef du gouvernement a fait comprendre que plusieurs projets vont voir le jour très prochainement, sans toutefois donner plus de précision.

Dans son élocution, il a surtout parlé du problème du chômage, « bien sûr que cela me préoccupe, je ne dors pas en pensant à cela ! », souligne-t-il. Le Premier ministre a retracé aussi la période où l’industrie touristique et la zone franche ont commencé à prendre leur envol, en se rappelant du premier miracle économique, sous son Primeministership, en 1983. Sir Anerood Jugnauth est d’avis qu’un « autre Premier ministre à ma place aurait capitulé mais moi, j’ai résisté à tout ça. Mo pann capitile. Mone kone reziste IMF.»

Parlant d’un éventuel remaniement ministériel, il devait déclarer que « si je ne suis pas en poste, ce sera le rôle de mon successeur de le faire ». Il n’a rien laissé comme indice à quand la passation de pouvoir à Pravind Jugnauth. Il a affirmé cependant qu’il a bien rencontré les membres de son gouvernement depuis son retour des Nations-unies et dit qu’il n’a rien à dire sur le conflit entre Roshi Badhain et Ivan Collendaveloo.

 

To Top