monde

Bois de rose: sursis de 3 mois aux Malgaches

Bois de rose: sursis de 3 mois aux Malgaches
Bois de rose: sursis de 3 mois aux Malgaches

Bois de rose: sursis de 3 mois aux Malgaches

Lundi 26 septembre 2016

Le Comité permanent de la Convention internationale pour le commerce des Faunes et des Flores sauvages(Cites) a accordé un sursis de 3 mois à Madagascar pour démontrer sa volonté de lutter contre le trafic illicite de bois de rose. La ministre de l’Environnement, Johanita Ndahimananjara se félicite de cette victoire qui permettra à l’économie malgache de souffler.

Trois mois ! Ce sera le lap de temps que le gouvernement malgache dispose pour montrer qu’il existe bien une volonté pour lutter contre le trafic de bois de rose. Pourtant, le secrétariat du Cites avait pris la décision de suspendre totalement le commerce des espèces sauvages en provenance de la Grande île le 14 janvier de cette année. Cela après avoir reçu en main les preuves que les Malgaches exportent illégalement des centaines de tonnes de bois de rose chaque année. Milena Sosa Schmidt, experte scientifique pour la Cites, avait estimé en début d’année que la décision va dans le bon sens : « La suspension est un message très fort. Si Madagascar ne fait pas des progrès significatifs d’ici au mois de juin 2016, on va en discuter au mois de septembre pour une suspension. Ça concernera toutes les exportations de tous les spécimens des espèces listées par la Cites ».

Cette mesure interdisait à 181 pays membres de la Cites d’importer du bois de rose et de l’ébène de Madagascar. Toutefois, face à de forts lobbies, le Comité permanent de la Cites, qui a écouté les arguments avancés par le gouvernement malgache, est revenu partiellement sur cette décision. Un délai de trois a ainsi été accordé aux Malgaches de démontrer leur volonté pour lutter contre ce trafic.

To Top