Actualités

SAJ à Boris Johnson : « L’indépendance sera complète lorsque… »

SAJ à Boris Johnson : « L’indépendance sera complète lorsque… »

DOSSIER CHAGOS

SAJ à Boris Johnson : « L’indépendance sera complète lorsque… »

Vendredi 23 septembre 2016
Sir Anerood Jugnauth a rencontré jeudi matin Boris Johnson, ministre des Affaires étrangères britannique à New York. Occasion pour le Premier ministre de faire ressortir que l’indépendance de Maurice ne sera pas complétée aussi longtemps que l’archipel des Chagos ne sera pas restitué à la République de Maurice. L’Anglais a précisé avoir bien compris la position de Maurice.

La rencontre s’est déroulée dans une atmosphère décontractée. Sir Anerood Jugnauth a fait comprendre à Boris Johnson que la République a toujours voulu trouver une solution à l’amiable sur la question mais qu’il n’y a eu aucune avancée lors des discussions antérieures entre les deux pays.

Ce qui explique la démarche de l’État mauricien pour faire inscrire à l’agenda de l’Assemblée générale des Nations unies un item en vue d’obtenir l’aval de cette instance pour rechercher un avis consultatif de la Cour internationale de justice sur la question des Chagos.

Les débats différés

Sir Anerood Jugnauth a fait part de la bonne foi de Maurice, qui a accepté de faire différer les débats sur l’item en question et de répondre favorablement à la proposition britannique pour des discussions entre les deux pays. Pour SAJ, la question de souveraineté et le retour des Chagossiens dans leurs îles natales sont indissociables.

Boris Johnson se réjouit de la démarche mauricienne car cela permet aux deux pays de discuter et trouver une solution à l’amiable. Il a évoqué des problèmes de sécurité dans l’éventualité d’un relogement des Chagossiens mais le Premier ministre mauricien lui a fait comprendre que ce projet de relogement vient des Anglais eux-mêmes.

Olivier Bancoult, le porte-parole de la communauté des Chagossiens, qui était présent à cette rencontre, a rassuré les Anglais et a indiqué que des centaines d’étrangers vivent et travaillent dans l’archipel en ce moment.

À la fin de cette rencontre, Boris Johnson a lancé : « We will make it work ». Espérons que les Anglais ne nous jouent pas encore un mauvais tour.

To Top